Publicité
Publicité

Pas d'impact notable sur le marché du travail belge

La liberté de travailler des ressortissants des pays de l'Est membres de l'Union européenne depuis 2004, en vigueur depuis mai 2009 en Belgique, n'a pas entraîné d'afflux massif de travailleurs de ces pays dans notre pays, selon les chiffres dont dispose le SPF Emploi.

Les pays concernés sont la Tchéquie, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Hongrie, la Pologne, la Slovénie et la Slovaquie. Le service d'étude du SPF Emploi ne dispose pas encore des chiffres pour 2010 de la population active issue de ces pays mais les chiffres de 2009 révèlent une progression continue. De plus, cette progression est comparable à celle des travailleurs venus de Roumanie ou de Bulgarie qui, eux, sont soumis à des restrictions pour l'accès au travail sur le marché belge.

Le nombre d'actifs polonais en Belgique est passé de 19.738 en 2008 à 22.837 en 2009. Il s'agit de la population d'actifs la plus importante issue d'un de ces pays, les autres étant moins de mille à l'exception des Slovaques (1.533 en 2009). Par ailleurs, le nombre d'actifs roumains est passé de 10.231 en 2008 à 12.371 en 2009 et le nombre de Bulgares est passé de 5.460 en 2008 à 6.995 en 2009. Le gouvernement fédéral avait renoncé en avril 2009 à demander à la Commission une nouvelle dérogation à la libre circulation des travailleurs des nouveaux pays membres, estimant que la prolongation de ces restrictions ne se justifiait plus en l’absence de perturbations graves sur le marché du travail.