Pays-Bas: l'extrême droite en soutien extérieur?

Geert Wilders (à dr.), chef de file du PVV, et Mark Rutte, président du VVD.

Les chrétiens-démocrates du CDA refusaient jusqu'ici d'entrer dans une coalition intégrant le parti populiste de Geert Wilders. Une solution pourrait être trouvée via un appui extérieur du PVV.

L'hypothèse d'un gouvernement minoritaire de droite entre les chrétiens-démocrates et les libéraux, soutenu par le parti anti-islam PVV, est en bonne voie aux Pays-Bas après une déclaration commune des dirigeants de ces partis rendue publique vendredi soir.

Les trois partis sont "convenus que le PVV soutiendrait certaines parties d'un accord de gouvernement qui doit encore être affiné", ont déclaré les dirigeants libéral Mark Rutte (VVD), chrétien-démocrate Maxime Verhagen (CDA) et d'extrême droite Geert Wilders (PVV).

"De leur côté, le VVD et le CDA se mettront d'accord sur un programme qui respectera les voeux du PVV", ont ajouté les dirigeants dans le communiqué.

Les trois partis reconnaissent avoir "des opinions divergentes sur la nature et le caractère de l'islam" mais "acceptent leurs divergences sur cette question". Geert Wilders, qui qualifie l'islam de fasciste, a fait campagne pour l'interdiction du Coran et du voile intégral.

Un gouvernement minoritaire de droite soutenu par le PVV est devenu "une option sérieuse", a déclaré Nick Kouwhoven, porte-parole de Mark Rutte, selon lequel des négociations officielles au sujet d'une telle coalition "pourraient commencer mardi".

Après les élections du 9 juin remportées par les libéraux du VVD, les chrétiens-démocrates du Premier ministre sortant Jan Peter Balkenende avaient refusé toute discussion sur une coalition qui inclurait le Parti de la liberté anti-islamique. Mais le CDA a décidé de participer le 24 juillet à une nouvelle série de pourparlers sans poser de conditions.

Le parti libéral VVD dirigé par Mark Rutte a remporté 31 sièges sur 150 dans le nouveau Parlement, devant les travaillistes du PvdA avec 30 sièges, tandis que le PVV de Wilders enregistrait la plus forte progression, portant le nombre de ses députés de neuf à 24. Le CDA a perdu presque la moitié de ses députés, passant de 41 à 21 sièges.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés