Philip Lane remplace Peter Praet à la BCE

Philip Lane passe pour être davantage une "colombe", soit un banquier central plus conciliant, plutôt qu'un "faucon" (exclusivement préoccupé par la stabilité des prix). ©REUTERS

Les ministres des Finances de la zone euro ont choisi lundi l'Irlandais Philip Lane pour occuper le poste d'économiste en chef de la BCE, alors qu'il était l'unique candidat.

L’Eurogroupe, l’organe informel rassemblant tous les mois les ministres des Finances des dix-neuf pays de la zone euro, a apporté son soutien à la candidature de l’Irlandais Philip Lane au poste d’économiste en chef de la Banque centrale européenne.

Le renouvellement de ce poste, vacant le 31 mai à la fin du mandat du Belge Peter Praet, ouvre le bal des tractations pour une série de changements au directoire de la BCE, l’organe exécutif de l’institution basée à Francfort.

Le directoire doit notamment préparer les réunions du conseil des gouverneurs, où sont prises les décisions sur les taux d’intérêt. Philip Lane, actuel gouverneur de la Banque d’Irlande, était le seul candidat à la succession de Peter Praet.

Une période charnière à la BCE

Considéré comme étant accommodant et dans la ligne de pensée du président Mario Draghi, Philip Lane sera donc l'un des responsables les plus influents de la banque centrale. L'Irlandais intègrera la BCE en une période charnière pour cette dernière; l'institution doit en effet faire face à la remise en cause de son objectif de normaliser sa politique monétaire, qui passerait par sa première hausse de taux depuis plus de dix ans, en raison du ralentissement marqué de la croissance dans la zone euro et de la faiblesse de l'inflation.

En outre, le président, Mario Draghi, quittera l'institution au terme de son mandat fin octobre; l'un des autres membres du directoire, le Français Benoit Coeuré, doit partir en décembre. Enfin, près du tiers du Conseil des gouverneurs, qui compte 25 sièges entre les membres au directoire et les gouverneurs des banques centrales nationales, sera renouvelé cette année, une proportion exceptionnellement élevée. Les gouverneurs des banques centrales de Belgique, d'Autriche, d'Estonie, de Slovaquie et de Chypre devraient en effet être remplacés cette année.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content