Présidence allemande de l'Union européenne: la peur des lobbyistes

L’État allemand vient de monter au capital de CureVac, qui travaille sur un vaccin contre le Covid-19. ©AFP

Le contact étroit entre Berlin et les lobbyistes allemands inquiète l’opposition et les ONG à la veille de la présidence allemande de l’Union européenne (UE).

Sur la photo, elle a presque un sourire de petite fille... Angela Merkel, entourée des patrons de l’industrie automobile, inaugure le Salon de l’automobile visiblement ravie. Cette image a été prise avant la crise du coronavirus et les constructeurs étaient alors au top de leur forme. Le contact étroit entre le pouvoir berlinois et les lobbyistes allemands inquiète parlementaires de l’opposition et organisations non gouvernementales, à la veille de la présidence allemande de l’Union européenne (UE) débutant le 1er juillet.

Une centaine de députés européens, redoutant que les milieux d’affaires n’influent sur les décisions prises, publiaient le 12 juin un appel à Angela Merkel pour demander davantage de transparence. "La crise du corona est une bonne occasion pour le lobbyisme", souligne une étude réalisée par l’ONG de Cologne LobbyControl et le centre de recherche basé à Bruxelles Corporate Europe Observatory (CEO) publiée mardi.

L’étude, intitulée "Présidence allemande: l’industrie au premier plan?", souligne que l’industrie automobile germanique, traditionnellement très proche du pouvoir en Allemagne, pourrait chercher à profiter de la présidence allemande. L’étude rappelle ainsi qu’une proche d’Angela Merkel, Hildegard Müller, vient de prendre la présidence de la puissante fédération de l’automobile allemande, VDA et que sous pression de ladite fédération, Berlin s’est opposée en janvier à de nouvelles normes sur les émissions de CO2 pour les voitures d’ici 2030 dans le cadre d’un "Green Deal".

"Une proche d’Angela Merkel, Hildegard Müller, vient de prendre la présidence de la puissante fédération de l’automobile allemande, VDA."
LobbyControl
ONG basée à Cologne

GAFAs et glyphosate

Le cas de CureVac est également cité. L’État allemand vient de monter au capital de ce laboratoire travaillant sur un vaccin contre le Covid-19. Les auteurs de l’étude estiment que le gouvernement allemand – qui jure ne pas vouloir s’immiscer dans la gestion de CureVac – devrait surtout se préoccuper du coût du futur vaccin pour le rendre accessible au plus grand nombre.

Les auteurs de l’étude s’inquiètent également des réticences de l’Allemagne à taxer les GAFAs. "Le ministre allemand des Finances a stoppé le projet de taxe européenne à la veille des élections européennes de 2019 et agi en la circonstance, visiblement sous la pression de la fédération allemande de l’industrie BDI", estiment les auteurs de l’étude. Le gouvernement allemand et tout particulièrement le ministre de l’Économie, Peter Altmaier, un proche d’Angela Merkel, "défendent trop souvent les intérêts des grands groupes", selon le texte.

La discussion est relayée par quantité d’associations allemandes. Ainsi l’ONG de défense de l’environnement Umwelthilfe décrit comment le ministère de l’Economie a négocié avec l’industrie du gaz pour faire du gaz l’énergie qui assurera la liaison entre le fossile et les renouvelables. L’ONG BUND montre elle comment Bayer a obtenu un sursis pour le glyphosate à Bruxelles. L’association Netzwerk Steuergerechtigkeit accuse le gouvernement fédéral de bloquer la transparence fiscale au niveau européen...

"Le problème est que le travail du Conseil se déroule à l’abri de l’opinion publique."
LobbyControl
ONG basée à Cologne

Le problème, souligne l’étude "est que le travail du Conseil se déroule à l’abri de l’opinion publique, tandis que les grandes entreprises et leurs fédérations ont les moyens nécessaires pour exercer de l’influence".

Berlin, demandent les députés Vert Daniel Freund et néo-communiste Martin Schirdewan, devrait déjà faire un geste et renoncer au traditionnel sponsoring de la présidence par de grands groupes. La Roumanie avait été sponsorisée par Coca Cola (qui y emploie 20.000 personnes), la Finlande par BMW et la Croatie par 16 sociétés.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés