Quand ING se plaint de la BCE

Ralph Hamers, le CEO d'ING ©ANP

Le CEO de la banque néerlandaise craint que de nouvelles mesures de soutien dans la zone euro, comme la baisse des taux d'intérêt, nuisent à la confiance des consommateurs et à l'économie dans son ensemble.

On le sait, la politique monétaire - très (trop?) accommodante - de la Banque centrale européenne (BCE) ne fait pas que des heureux. Il suffit de regarder le taux d'intérêt de votre compte d'épargne. Les banques s'en plaignent également. Dernier exemple en date, les propos du patron d'ING  ce jeudi matin. "Si la BCE décide de réduire ses taux directeurs et de relancer un programme de rachat d'actifs, cela devrait plomber l'économie de la zone euro plus que cela ne l'aiderait", a estimé Ralph Hamers en marge de la publication des résultats trimestriels de la banque néerlandaise.

Rappelons que le président de la BCE Mario Draghi a laissé entendre la semaine passée que l'institution monétaire pourrait abaisser une nouvelle fois ses taux lors de la réunion de septembre. Il a également annoncé avoir demandé à ses équipes d'étudier diverses options de soutien, comme la conception d'un système modulé de rémunération des réserves ou le potentiel lancement d'un nouveau programme de rachat d'actifs (QE).

Dans certains pays, nous réduisons les taux à un niveau négatif, mais les particuliers continuent d'épargner. Pourquoi? Parce qu'ils sont incertains quant à leur avenir financier.
Ralph Hamers
CEO d'ING

"Le QE n'est pas la solution"

Selon Ralph Hamers, "ce n'est pas le moment" pour de telles mesures de soutien. Il affirme que la demande de prêts en zone euro est déjà suffisamment satisfaite et que le ton pessimiste de la banque centrale pourrait amplifier le recul de la confiance des consommateurs.

"Un nouveau programme de rachat d'actifs ou une diminution des taux d'intérêt en territoire encore plus négatif va nuire à la confiance du consommateur dans le futur", a-t-il ajouté. "Nous le voyons déjà: dans certains pays, nous réduisons les taux à un niveau négatif, mais les particuliers continuent d'épargner. Pourquoi? Parce qu'ils sont incertains quant à leur avenir financier."

Et de conclure: "Le problème que nous avons en Europe est l'absence de confiance dans la production en raison des tensions géopolitiques et commerciales. Je ne pense pas qu'un QE soit la solution pour soutenir un environnement incertain."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés