Trump et Juncker rouvrent les discussions sur le commerce

©Photo News

Un groupe de travail réunissant des membres de la Commission européenne et de l'administration américaine va être mis en place pour "rapprocher les points de vue" sur le Commerce.

Ce pourrait être le début d'une timide relance des discussions sur le traité de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne. Au terme d'un long entretien avec Donald Trump, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a annoncé jeudi la création "dans les mois et semaines à venir" d'un groupe de travail sur le commerce réunissant des membres de la commission et de l'administration américaine.

"Nous sommes convenus de rassembler des Européens et des Américains, de réunir une délégation de la Commission et de l'administration Trump dans les mois et semaines à venir pour rapprocher nos points de vue en matière commerciale parce que nous avions estimé qu'il y avait trop de divergences - et d'analyse et d'action - entre ces deux grands ensembles économiques", a indiqué Jean-Claude Juncker au cours d'une conférence de presse avec le président français Emmanuel Macron au Berlaymont.

"C'est le début d'un travail. Le plus important, c'est que la volonté de travailler ensemble soit là."
Une source européenne

Interrogé plus spécifiquement sur une relance du traité de libre-échange euro-américain, le président de la Commission a indiqué que la discussion n'avait pas porté spécifiquement sur le TTIP. Le projet de traité avait été porté par Barack Obama, mais l'arrivée de Donald Trump, chantre du protectionnisme, à la Maison-Blanche a mis le TTIP sous cloche. "C'est le début d'un travail. Le plus important, c'est que la volonté de travailler ensemble soit là", commente une source européenne.

La délégation américaine menée par Donald Trump a été reçue par les représentants des institutions européennes ce jeudi. ©EPA

En arrivant au pouvoir, le nouveau président américain a rayé d'un trait de plume le traité transpacifique (TPP) que son prédécesseur avait mené à maturité, disant rejeter les traités multilatéraux et préférant conclure "des traités commerciaux bilatéraux et justes qui ramèneront les emplois et l'industrie sur le sol américain". Il avait fait savoir très clairement que sa priorité irait à la conclusion d'un accord avec le Royaume-Uni - qui ne sera possible qu'une fois Londres sorti de l'Union européenne. 

Jeudi, selon plusieurs médias américains, l'équipe de Donald Trump a indiqué aux dirigeants européens l'inquiétude de la Maison-Blanche sur le fait que le Brexit pourrait coûter de nombreux emplois aux États-Unis. Ces derniers mois, Donald Trump s'était félicité du Brexit, le décrivant comme "une belle belle chose", et avait indiqué vouloir mettre la conclusion d'un accord commercial avec le Royaume-Uni au sommet de ses priorités en la matière.

→ Visite exclusive d'une base américaine en terres belges: Les G.I.'s de Chièvres

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés