Publicité
Publicité

"Une aide à l'Irlande ne suffira pas à calmer les marchés"

©EPA

Des propos tenus par le ministre grec des Finances, George Papaconstantinou, lors d'un congrès de la finance à Francfort. Il prône l'établissement d'un mécanisme d'aide permanent.

Même si l'Irlande décide de faire appel à l'aide des Etats européens, cela ne suffira pas à calmer les marchés qui attendent un mécanisme anti-crise permanent dans l'Union européenne, a estimé vendredi le ministre grec des Finances George Papaconstantinou.

"Même si l'Irlande accepte d'être aidée, cela n'empêchera pas la crise de la dette publique de continuer en zone euro", a-t-il estimé lors d'un congrès de la finance à Francfort.

"Les marchés continueront de s'inquiéter car ils ne sont pas convaincus que des solutions existent" sur le long terme. "L'Union européenne doit absolument discuter d'un mécanisme d'aide permanent", a-t-il insisté.

Il s'agira de trouver un juste équilibre entre un mécanisme d'aide permanent sans entraîner un risque d'aléa moral, c'est-à-dire la tentation pour des Etats ou des investisseurs privés, se sachant couverts, de prendre des risques inconsidérés, a poursuivi M. Papaconstantinou.

Pour éviter ce risque, une implication des investisseurs privés dans le futur mécanisme d'aide permanent de l'Union européenne "ferait sens", a encore jugé le ministre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés