Vague de suicides chez les patrons italiens

Depuis le début de l'année, 23 entrepreneurs italiens se sont donné la mort, leur entreprise croulant sous les dettes.

La crise économique qui frappe l'Italie a entraîné 23 suicides d'entrepreneurs depuis le début de l'année, a annoncé samedi le centre d'études de la CGIA, un syndicat de petits entrepreneurs et d'artisans, un phénomène qui a profondément ému le pays.

Selon ce centre, 23 suicides ont été recensés depuis le 1er janvier 2012, dont neuf en Vénétie, la riche région du nord-est de l'Italie où se trouve le siège de la CGIA.

Trois autres régions, les Pouilles, la Toscane et la Sicile, ont enregistré trois suicides chacune et les cinq derniers cas sont dispersés sur quatre autres régions.

"Ces suicides sont un véritable cri d'alarme lancé par ceux qui n'en peuvent plus. Les taxes, les impôts, la bureaucratie, l'absence de crédits, les retards dans les paiements ont créé un climat hostile qui pénalise les entrepreneurs", a déclaré Giuseppe Bortolussi, secrétaire de la CGIA, cité par les médias italiens.

Selon des chiffres de l'Institut national des statistiques (Istat), 3.048 personnes se sont suicidées en Italie en 2010 contre 2.986 l'année précédente. 187 suicides ayant une motivation économique ont eu lieu en 2010, contre 198 en 2009, selon la même source.

Ces dernières semaines, les médias de la péninsule se font presque tous les jours l'écho du geste désespéré d'un entrepreneur croulant sous les dettes et ne voyant que la fermeture comme avenir pour son entreprise, ou de salariés licenciés sans espoir alors que le chômage a atteint un niveau record à 9,3% en février.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés