Accord définitif en Italie, mais toujours pas de chef pour gouverner

Au centre de l'image, Luigi Di Maio le chef de file du parti antisystème M5S ©EPA

Les dirigeants du Mouvement 5 Etoiles (M5S) et de la Ligue, Luigi Di Maio et Matteo Salvini, sont parvenus à un accord définitif sur leur contrat de gouvernement. Ils réfléchissent toutefois toujours au nom du futur président du Conseil italien, selon une source proche du M5S. Une solution devrait être trouvée dans la journée.

Deux mois et demi après les législatives du 4 mars, qui n'ont pas débouché sur une majorité claire, l'Italie tient son gouvernement. Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement 5 Etoiles, parti antisystème, a précisé ce jeudi en début d'après-midi qu'il restait quelques "points mineurs" à finaliser dans l'accord de gouvernement négocié avec la Ligue, parti d'extrême droite, et son patron Matteo Salvini.

Di Maio, qui s'exprimait devant la presse à l'issue de sa rencontre avec le dirigeant de la Ligue, a ajouté que tout serait réglé d'ici ce jeudi soir.

Un peu plus tôt dans la journée, une source au sein du parti qui est sorti premier des urnes avait indiqué que les deux chefs de parti étaient parvenus à un accord définitif sur leur contrat de gouvernement, mais qu'ils réfléchissaient toujours au nom du futur président du Conseil italien.

Matteo Salvini, le leader du parti 'La Ligue' ©EPA

En coulisses, chaque camp refuse que le patron de l'autre obtienne le poste, les deux chefs de file restent très discrets sur l'identité des candidats potentiels. Luigi Di Maio a seulement évoqué "une personnalité politique qui sera choisie par les deux forces et aura un mandat bien défini"

Pour la composition du gouvernement, Ligue et M5S doivent aussi s'entendre sur leurs poids relatifs: face aux plus de 32% obtenus par le M5S aux législatives, Matteo Salvini n'a obtenu que 17% et s'appuie depuis deux mois sur une coalition de droite bringuebalante avec le parti de Silvio Berlusconiqui, qui pèse tout de même 37%. 

Pas de sortie de l'euro

Le programme ne comporte aucun élément relatif à une sortie de l'euro, a affirmé un proche conseiller de Luigi Di Maio, sous couvert d'anonymat. Selon lui, l'accord entre les deux formations politiques ne devrait pas être vecteur d'inquiétudes quant au maintien de l'Italie au sein du bloc monétaire.

La publication mardi soir par le Huffington Post Italia d'une ébauche d'accord évoquant la volonté des deux partis de demander l'effacement de 250 milliards d'euros de dette et de réclamer des procédures permettant aux Etats membres de sortir de l'union monétaire a ébranlé mercredi les marchés transalpins, faisant plonger la Bourse de Milan et grimper les rendements de la dette souveraine italienne.

La Bourse de Milan a évolué très proche de l'équilibre ce jeudi alors que les rendements s'affichent toujours en nette hausse. A l'inverse, la banque BMPS, dont le principal actionnaire est désormais l'Etat italien, chutait en réaction aux déclaration de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles  de "redéfinir la mission" de la banque s'ils parviennent à former un gouvernement. Vers 16H30, le titre, un temps suspendu en raison de sa dégringolade, perdait 9,88% à 2,89 euros, dans un marché en recul de 0,15%. Pendant une dizaine de minutes, il a cédé plus de 10%.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content