Brexit: le Parlement votera le Brexit avant Noël, selon Boris Johnson

©REUTERS

L'adoption de l'accord, qui permet au Royaume-Uni de quitter l'Union européenne le 31 janvier, devrait être une formalité après la victoire massive des conservateurs aux élections.

Les députés britanniques voteront avant Noël l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, a annoncé samedi le Premier ministre conservateur Boris Johnson, qui vient de remporter les élections.

"Nous allons accomplir le Brexit", a lancé le Premier ministre à des supporters à Sedgefield au nord-est de l'Angleterre, où les conservateurs ont réalisé une percée historique lors des élections de jeudi dernier.

Sortir de l'impasse

"Quel genre d'accord (du Brexit) avons-nous?", a-t-il demandé à la foule. "Prêt au four", lui ont répondu ses partisans dans la circonscription détenue à l'époque par le Premier ministre travailliste Tony Blair.

"Nous avons un soutien à 100% (pour l'accord des députés conservateurs)", a affirmé Boris Johnson. "Nous pouvons certainement le faire avant Noël."

"Quel genre d'accord (du Brexit) avons-nous?"
Boris Johnson
Premier ministre britannique


L'adoption de l'accord, qui permet au Royaume-Uni de quitter l'Union européenne le 31 janvier, devrait être une formalité après la victoire massive des conservateurs aux élections.

Le scrutin avait justement été convoqué pour sortir de l'impasse parlementaire du Brexit.

Samedi, le Premier ministre a promis de construire "un gouvernement conservateur d'union, un gouvernement du peuple" qui augmentera le financement des services de soins de santé, de la police et des infrastructures.

L'élection de jeudi a "changé le futur de notre pays", a encore lancé BoJo. Les conservateurs ont remporté 365 sièges sur les 650 que contient le parlement, avec 43,6% des suffrages dans la poche.

Le parti travailliste a perdu 59 sièges, ne gardant plus que 203 députés. Les libéraux-démocrates, contre le Brexit, ont aussi perdu du terrain.  Les dirigeants du Labour Jeremy Corbyn et des Liberal Democrat Jo Swinson ont tous deux annoncé qu'ils prévoyaient de démissionner.

Élu massivement sur sa promesse de réaliser le Brexit le 31 janvier, le Premier ministre conservateur Boris Johnson a lancé vendredi un vibrant appel au rassemblement, dans un Royaume-Uni meurtri par ses divisions sur la sortie de l'Union européenne.

Un appel à un nouveau référendum

L'appel de Boris Johnson à l'unité n'a pas trouvé d'écho auprès des nationalistes écossais du SNP, dont le renforcement, à 48 sièges contre 35, alimente les velléités d'indépendance.
Ce succès "renforce le mandat" pour un nouveau référendum sur l'avenir de l'Écosse, opposée au Brexit, après celui perdu en 2014, a déclaré la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon. 

Pourtant, rien n'est gagné pour la cheffe du SNP, Boris Johnson ayant réitéré vendredi soir son opposition à un second référendum, lors de leur premier entretien téléphonique depuis sa réélection. 

En Irlande du Nord, les unionistes du DUP, dont leur chef de groupe à Westminster Nigel Dodds, éliminé, cèdent du terrain face aux nationalistes favorables à une réunification de l'île d'Irlande, posant là aussi la question d'un éclatement du Royaume. 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés