Publicité
Publicité

Dans le nord de la France, la gauche tente l'impossible

L'écologiste Karima Delli mène une liste d'unité de la gauche. Dans les sondages, c'est un flop: elle reste loin derrière l'ambitieux candidat de droite Xavier Bertrand et son rival d'extrême-droite. ©PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Dans la grande région du nord, la gauche a tenté une union inédite pour vaincre la droite en place et l'extrême-droite. L'expérience s'annonce peu concluante.

Xavier Bertrand peut-il perdre le nord? Figure de la droite traditionnelle, cet ancien ministre de Nicolas Sarkozy était parvenu en 2015 à prendre le contrôle de la région, restée quarante ans entre les mains des socialistes - à une exception écologiste près. À l'époque, la liste de ce qui s'appelait encore le Front National, menée par Marine Le Pen, était arrivée largement en tête au premier tour, et c'est grâce à la mobilisation des électeurs de gauche que Bertrand l'avait finalement emporté. Cette fois, c'est Xavier Betrand qui tient la pole position. Non seulement il compte rempiler, mais il ambitionne de mener la droite à l'élection présidentielle.

Non seulement Xavier Betrand compte rempiler, mais il ambitionne de mener la droite à l'élection présidentielle.

Son challenger, c'est Sébastien Chenu, figure du Rassemblement national (RN), dont on voit mal où il pourrait aller chercher des soutiens au second tour pour combler l'écart. De son côté, la République en marche (LREM, centre-droit) a bien tenté de mettre le pied dans la porte, en envoyant sur le front nord cinq ministres, dont le très médiatique Eric Dupont-Moretti. Sans résultat probant dans les sondages.

Quant à la gauche, elle a tenté une expérience inédite: écologistes, socialistes et insoumis (gauche radicale) se sont réunis dans une seule liste, menée par l'eurodéputée Karima Delli. Les trois partis peuvent-ils réunir plus de voix ensemble qu'en ordre dispersé? Rien n'est moins sûr - les sondages créditent la liste de moins de 20% d'intentions de vote. La réponse donnera en tout cas du grain à ceux qui à gauche misent sur une candidature unique pour la présidentielle.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés