En Irlande, le Sinn Féin est au seuil du pouvoir

Des militants du Sinn Féin célébrant leur victoire dans un centre de comptage à Dublin, dimanche 9 février. ©AFP

Le parti de gauche radicale irlandais, historiquement lié à l'IRA, a bouleversé la scène politique irlandaise en arrivant devant les deux grands partis traditionnels aux élections législatives de samedi.

Le Sinn Féin est devenu ce weekend le premier parti d'Irlande en termes de voix. Le parti de gauche radicale - dans le même groupe que le PTB au niveau européen - a réalisé une percée historique dans un pays gouverné depuis un siècle par un duopole de droite: le Fianna Fail (libéral) et le Fine Gael du Premier ministre sortant Leo Varadkar (chrétien-démocrate).

Les résultats complets du scrutin ne sont pas encore disponibles, alors que les électeurs peuvent panacher leur vote, mais un premier tour de décompte a montré que le Sinn Féin doublait son score par rapport aux dernières élections, étant placé en tête de liste par 24,5% des citoyens. Il est devant le Fianna Fail (22,2%) et le Fine Gael (20,9%). Celui qui a longtemps été considéré comme la branche politique de l'IRA compte désormais 37 sièges sur les 160 du Dail, la chambre basse du Parlement irlandais. Le Fianna Fail détient un siège de plus (38). Quant au Fine Gael, il n'en compte que 35, ce qui pourrait fragiliser le Premier ministre sortant Leo Varadkar, qui en est membre.

Le second donné premier

Leo Varadkar a répété qu’il n’était pas question pour son parti de former une coalition avec le Sinn Féin: "Vous devez avoir en gros les mêmes opinions sur le système de justice, sur la façon dont l'économie et la société devraient tourner, dont la démocratie doit fonctionner, et c'est ce qui rend mon parti, le Fine Gael, incompatible avec Sinn Féin."

"On va certainement discuter avec [le Sinn Féin], on ne va pas dire qu'on refuse de leur parler."
Dara Calleary
Directeur de campagne du Fianna Fail

Arrivé deuxième en termes de voix, le Fianna Fail de Micheál Martin pourrait arriver premier en termes de sièges. Lui aussi a assuré pendant la campagne qu’il ne formerait pas de gouvernement avec la gauche radicale. Le message d’après scrutin est moins clair: "On va certainement discuter avec [le Sinn Féin], on ne va pas dire qu'on refuse de leur parler", a indiqué le directeur de campagne du parti, Dara Calleary.

Si le Sinn Féin est connu pour son activisme pour la réunification de l’île, c’est son programme social qui a dominé la campagne. Selon un sondage de sortie des urnes, 58% des sondés disaient avoir voté principalement sur trois questions: santé, logement, sans-abrisme. Et 65% se disaient prêts à accepter une augmentation des dépenses de services publics.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés