Fort de son bilan économique, Antonio Costa devrait remporter les législativess au Portugal

Le socialiste Antonio Costa. ©AFP

Le socialiste Antonio Costa devrait remporter les élections dimanche au Portugal. Pour gouverner, il devra renouveler son alliance de gauche ou trouver un autre partenaire.

Le Premier ministre portugais Antonio Costa devrait être reconduit au pouvoir ce dimanche lors des élections législatives. Quatre années de nette croissance économique, sans austérité, un retour des finances à l’équilibre et une popularité au beau fixe ont hissé sa formation, le Parti socialiste (PS), à la première place. Une exception en Europe où la plupart des socialistes régressent.

Selon les sondages les plus récents, le PS atteindrait 37%. Son principal rival, le Parti social-démocrate (PSD, centre droit) serait à 30%.

Ces prévisions ne confèrent pas de majorité absolue aux socialistes, ce que l’on a cru longtemps possible. Le PSD a effectué une légère remontée ces dernières semaines. Le PS devra se trouver un partenaire pour continuer à gouverner.

La première option serait de reconduire l’alliance des partis de gauche.

La première option serait de reconduire l’alliance des partis de gauche qui a gouverné lors de la précédente législature. Mais le Premier ministre sortant devrait renoncer à une réduction des dépenses et à une politique plus attractive pour les entreprises étrangères, deux mesures qu’il voudrait prendre pour renforcer son centre.

Pour avoir un peu plus les coudées franches, Antonio Costa pourrait s’allier avec le petit parti Personnes animaux nature (PAN). Cette formation militant pour le droit des animaux et l’écologie, en croissance (3,9%) est prête à diriger avec n’importe quel parti.

Une alliance de gauche performante

Sorti deuxième des urnes en 2015, le parti d’Antonio Costa avait constitué un gouvernement minoritaire soutenu, sans participation, par le Bloc de gauche (BE, gauche radicale) et la Coalition démocratique unitaire (CDU, extrême gauche). Cette alliance lui a permis de ravir le leadership au PSD. Elle a tenu bon, en tout cas mieux que prévu.

Le gouvernement Costa a tourné la page de la récession, le pays affichant une croissance de 3,5% en 2017 et 2,4% en 2018. Cette santé économique, alliée à une bonne gestion publique, ont permis au Portugal de dégager un excédent budgétaire de 0,4% du PIB en juillet 2019, mettant fin à la situation de déficit budgétaire datant de 1995. En cinq ans, le PIB portugais a bondi de 10% à 220 milliards d’euros.

220 milliards €
En cinq ans, le PIB portugais a bondi de 10% à 220 milliards d’euros.

Le taux de chômage est de 6,5%, ce qui entraîne une pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs. Pas moins de 500 millions de Portugais ayant fui ailleurs en Europe lors de la crise, Antonio Costa a lancé le programme "regressar" (retourner) allouant 6.500 euros aux jeunes s’engageant à rentrer travailler au pays.

Un joli pied de nez à la Commission européenne qui a prescrit, ces dernières années, des cures d’austérité à tour de bras.

Ces résultats économiques sont excellents pour une coalition de gauche. Le gouvernement Costa a rétabli les 35 heures dans l’administration, quatre jours fériés et augmenté le revenu minimum de 14% en trois ans. Il faut toutefois reconnaître que cette politique s’est appuyée sur les mesures d’austérité prises par le gouvernement précédent. En 2011, le Portugal avait été forcé de demander l’aide de l’Union européenne et du FMI. En échange d’un plan de sauvetage de 78 milliards d’euros, le gouvernement de droite avait été forcé de suivre une politique d’austérité.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect