L'Allemande Ursula von der Leyen à la Commission, la Française Lagarde à la BCE

©EPA

Au troisième jour du sommet extraordinaire du Conseil européen, un accord est tombé pour les quatre postes clés de l'Union européenne. Charles Michel est désigné président du Conseil européen, Ursula von der Leyen est proposée à la Commission, tandis que Christine Lagarde va à la BCE. Le socialiste Josep Borrell est lui proposé pour devenir le Haut représentant des Affaires étrangères.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE ont proposé ce mardi soir la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen pour la présidence de la Commission européenne. Ils ont aussi élu le Premier ministre belge Charles Michel à celle du Conseil européen.

"Mon objectif est une Europe unie dans le respect de la diversité nationale. La solidarité, la liberté et le respect mutuel sont au cœur de l'Union européenne. Je défendrai ces valeurs", a tweeté Charles Michel après l'annonce.

La nomination de von der Leyen est toutefois conditionnée à son approbation à la majorité absolue au Parlement européen. Née à Ixelles, elle est membre de la CDU de la chancelière allemande Angela Merkel, et donc du PPE. C'est Emmanuel Macron qui aurait proposé cette piste à Angela Merkel dès lundi soir. Selon le quotidien allemand Die Welt paru ce mardi, le président du Conseil, Donald Tusk, avait également proposé le nom de cette ministre de droite. Le groupe de Visegrad, qui réunit quatre pays d'Europe centrale opposés à la candidature de Timmermans, a aussi soutenu ce nom, selon le porte-parole du Premier ministre hongrois.

Les 28 leaders se sont mis d'accord, après trois jours de délibérations, sur la répartition des principaux postes de l'UE, et ce en tenant compte d'équilibres géographiques, politiques et de genre. Outre la désignation du libéral Michel (Renew Europe) au Conseil et le soutien à la conservatrice von der Leyen (PPE) à la présidence de la Commission, les chefs d'Etat et de gouvernement ont approuvé la nomination de la Française Christine Lagarde à la Banque centrale européenne, ainsi que celle de l'Espagnol Josep Borrell (S&D) au poste de Haut représentant aux Affaires étrangères.

La Française s'est réjouie sur Twitter de sa nomination et a également indiqué qu'elle quittait "provisoirement" la tête du FMI.


Un accord du Parlement sera toutefois nécessaire à Borrell, étant donné que le portefeuille de haut représentant est inclus dans la composition de la Commission européenne, dont les membres doivent obtenir l'assentiment des eurodéputés.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect