Publicité
Publicité

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone

©AFP

L'ancien Premier ministre français, en place sous la présidence du socialiste François Hollande, Manuel Valls a officialisé ce mardi sa candidature aux élections municipales à Barcelone. Il a annoncé dans la foulée qu'il démissionnera de son mandat de député en France.

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls a ouvert ce mardi une nouvelle phase de sa vie politique en annonçant sa candidature aux municipales de l'an prochain à Barcelone, un pari risqué pour cet homme rallié au président Emmanuel Macron.

Le député, ancien socialiste mais désormais apparenté au parti du président, est la première figure politique de premier plan à briguer un mandat important au-delà des frontières françaises. "Je veux être le prochain maire de Barcelone", a-t-il déclaré lors d'un meeting.

Dans la foulée de l'officialisation de sa candidature, il a annoncé qu'il allait démissionner de son mandat de député en France. "La semaine prochaine, j'abandonnerai mon mandat de député et toutes mes responsabilités locales", a-t-il déclaré en français, alors que les appels à sa démission du Parlement français se sont multipliés dans son pays ces derniers jours.

5,2%
.
Un sondage publié début juillet accordait 5,2% des intentions de vote à Ciudadanos, le parti centriste avec lequel il a le plus d'affinités.

Partisan d'un maintien de la Catalogne dans le giron de Madrid, Manuel Valls a montré ces derniers mois son appétence pour la politique espagnole en multipliant réunions et visites à Barcelone, où il s'est encore rendu le 6 septembre pour présenter un livre-réquisitoire contre les indépendantistes écrit à plusieurs mains ("Anatomie du processus").

Cette aventure catalane reste cependant un pari pour l'ancien chef du gouvernement, raillé sur place par certaines personnalités politiques et les satiristes pour sa méconnaissance supposée des réalités locales. Un sondage publié début juillet accordait 5,2% des intentions de vote à Ciudadanos, le parti centriste avec lequel il a le plus d'affinités, en vue des municipales du 26 mai 2019.

A l'aise en castillan comme en catalan, il est né il y a 56 ans dans la deuxième ville d'Espagne d'un père catalan et d'une mère suisse avant d'obtenir, à l'âge de 20 ans, la naturalisation française.

"Après ce qu'il s'est passé l'an dernier, il était incapable d'être heureux. Il a quitté son parti, il quitte son pays. C'est en quelque sorte un réflexe de survie."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés