L'Europe adopte des mesures pour limiter l'impact d'un Brexit dur

©AFP

Les députés européens ont adopté ce mardi une série de mesures afin de limiter l'impact d'un Brexit sans accord sur la vie des citoyens et des entreprises.

Le 31 octobre prochain, si rien ne change, le Royaume-Uni sortira de l'Union européenne. Face aux incertitudes planant sur la ratification par le Parlement britannique de l'accord sur le Brexit conclu jeudi dernier, les députés européens réunis ce mardi à Strasbourg ont adopté une série de mesures pour protéger les citoyens et les entreprises en cas de "no deal".

Ces mesures, adoptées à une large majorité, sont temporaires. Certaines d'entre elles nécessiteront des accords de réciprocité avec le Royaume-Uni, à négocier après le Brexit.

L'une de ces mesures prévoit que les chercheurs, étudiants et agriculteurs britanniques devraient continuer à recevoir les aides européennes en 2020, prévues dans les programmes tels qu'Horizon 2020, Erasmus+ et des politiques agricoles et régionales.

L'une de ces mesures prévoit que les chercheurs, étudiants et agriculteurs britanniques devraient continuer à recevoir les aides européennes en 2020, prévues dans les programmes tels qu'Horizon 2020, Erasmus+ et des politiques agricoles et régionales. Cette règle ne s'appliquera que si le Royaume-Uni verse sa part du budget de l'UE, ce qui est incertain en cas de Brexit dur.

Dans le secteur aérien, il est prévu que durant sept mois après le Brexit, les compagnies aériennes britanniques pourront fournir des services dans les pays de l'UE à condition que les compagnies européennes acceptent de faire de même pour le Royaume-Uni.

La validité des autorisations de sécurité ferroviaire seront aussi prolongées dans l'UE, à condition de réciprocité. Les transporteurs routiers britanniques pourront eux aussi prester sur le continent pour autant que l'autorisation soit réciproque. 

Des mesures sont aussi prévues en matières sociales, dans le secteur de la pêche (prolongation des autorisations jusque fin 2020) et pour l'industrie de la défense.

Incertitudes

Dans de nombreux domaines, aucune mesure spéciale n'a été prévue pour remplacer les relations existantes avec le Royaume-Uni en cas de non-accord. "Cela pourrait entraîner des coûts et des formalités administratives supplémentaires", affirme le Parlement européen. 

Les citoyens européens devront ainsi se renseigner sur les questions d'assurances, de soins de santé, de permis de conduire, d'entrée d'animaux domestiques au Royaume-Uni.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect