La France boude les municipales, Hidalgo en tête à Paris, vers un report du second tour

Le président français Emmanuel Macron, que l'on voit ici voter à la mairie du Touquet, n'avait pas voulu reporter les municipales de dimanche. Pas certain, toutefois, que le second tour se tiendra bien dimanche prochain. ©Photo News

Les Français ont massivement renoncé, dimanche, à se rendre aux urnes pour le premier tour des municipales, dans un pays frappé de plein fouet par le nouveau coronavirus. L'abstention est estimée entre 54 et 56%, selon deux instituts de sondage.

La tenue des élections municipales en France, où quelque 47,7 millions d'électeurs étaient appelés à élire leurs maires et conseils municipaux, apparaissait quelque peu surréaliste au lendemain de la quasi mise à l'arrêt du pays décidée par le gouvernement. D'ailleurs, l'enjeu du scrutin a été totalement éclipsé par la crise sanitaire.

Selon le constitutionnaliste Didier Maus, un report du second tour conduirait à annuler le résultat du premier tour et obligerait les électeurs à revoter pour les deux tours.

Le taux d'abstention a été estimé entre 54 et 56% par deux instituts de sondage, soit une très forte hausse par rapport aux municipales précédentes, celles de 2014. "Nous sommes en route pour perdre quasiment 20 points de participation par rapport à 2014. On devrait terminer vers 45/46% de participation", a estimé, dimanche, le directeur d'OpinionWay, Bruno Jeanbart.

Les électeurs n'ont visiblement pas répondu à l'appel du président Emmanuel Macron qui avait insisté sur l'importance de voter "dans ces moments là", en mettant son propre bulletin dans l'urne dimanche au Touquet (nord).

Hidalgo en tête à Paris 

Dans la capitale française, la maire socialiste sortante Anne Hidalgo (30-31%) devance largement la candidate LR Rachida Dati (22%) et celle de LREM Agnès Buzyn (17%), selon les estimations de plusieurs instituts de sondage.  

La maire sortante de Paris, Anne Hidalgo, a remporté le premier tour des municipales dans la capitale française. ©Photo News

Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, et celui de la Culture, Franck Riester, ont été élus au premier tour des élections municipales à Tourcoing (Nord) et Coulommiers (Seine-et-Marne ). Le ministre Darmanin avait annoncé qu'il quitterait le gouvernement en cas de victoire. 

Dans les autres grandes villes, la maire PS de Lille, Martine Aubry, arrive en tête avec 29-30% des votes. Les regards étaient aussi tournés vers Le Havre, fief d'Edouard Philippe, où le Premier ministre est, selon une estimation, mis en ballottage, avec 43% des voix, par le communiste Jean-Paul Lecoq (34%).   

Autre fait marquant, le Rassemblement national de Marine Le Pen semble bien parti pour conquérir Perpignan, puisque le candidat Louis Aliot était en tête à 36%. Le RN a aussi fait réélire dès le premier tour ses places fortes de Fréjus et Hénin-Beaumont, mais ne semblait pas en mesure d'enlever Denain.

Un report du second tour?  

Ce premier tour de scrutin a donc été organisé au lendemain de la décision du gouvernement de fermer tous les "lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays" – bars, cinémas, commerces autres qu'alimentaires – en raison de la pandémie. 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

Voyages à l'étranger suspendus, événements annulés, activité ralentie: la propagation du nouveau coronavirus affecte de plus en plus la vie quotidienne des Belges, inquiets, mais aussi l'économie dans son ensemble.

> Toutes les infos dans notre dossier

Les rassemblements de plus de 100 personnes sont interdits, le système scolaire est à l'arrêt dans tout le pays à partir de ce lundi. En montagne, les domaines skiables ont fermé jusqu'à l'hiver prochain, et dans les prochains jours, les transports seront fortement réduits. En outre, les tribunaux sont fermés à partir de lundi, sauf pour les "contentieux essentiels", a annoncé la ministre de la Justice Nicole Belloubet. 

Dans ce contexte, la classe politique a s'interrogeait, dimanche soir, sur l'opportunité de tenir le second tour du scrutin, dimanche prochain. Certains responsables politiques appellent à un report. Edouard Philippe, de son côté, a déclaré qu'il allait réunir "à nouveau en début de semaine" les experts scientifiques et "les représentants des forces politiques" afin de prendre une décision sur ce second tour. "Si le premier tour "s'est parfaitement déroulé (...) le taux d'abstention élevé que nous enregistrons témoigne cependant de l'inquiétude grandissante de nos concitoyens face à l'épidémie qui nous frappe", a ajouté le Premier ministre.  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés