La victoire de Laschet à la tête de la CDU suscite déjà des tensions

Armin Laschet a remporté le scrutin interne et devient le chef de la CDU. ©Photo News

Le successeur désigné d'Angela Merkel va devoir affronter Markus Söder et Jens Spahn dans la course à la chancellerie.

Le parti conservateur allemand CDU s'est doté ce week-end d'un nouveau chef, Armin Laschet, partisan de la continuité avec l'ère Merkel, mais deux autres personnalités restent en embuscade pour tenter de devenir le prochain chancelier, Markus Söder et Jens Spahn.

Pour la première fois depuis 2000, le parti chrétien-démocrate va être présidé par un homme, M. Laschet, 59 ans, dirigeant régional modéré. Samedi, dans son discours lors d'un congrès "virtuel" de la CDU, il a laissé clairement entendre qu'il souhaitait mener le camp conservateur aux élections générales du 26 septembre.

Fibre écologiste

Malgré son succès face au très droitier Friedrich Merz, Armin Laschet, actuel dirigeant de la région la plus peuplée d'Allemagne, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, n'a toutefois pas la garantie de défendre les couleurs conservatrices en septembre. Seuls 28% des Allemands estiment qu'il ferait un bon chancelier, selon un sondage réalisé vendredi pour la ZDF.

Le choix du candidat de la droite allemande, par ailleurs nettement en tête des intentions de vote, devrait être fait en mars, après une série de scrutins régionaux.
Armin Laschet est menacé par deux responsables populaires, qui cultivent le flou sur leurs intentions.

Markus Söder est devenu un des favoris des Allemands à la faveur de la pandémie.

Le premier est devenu un des favoris des Allemands à la faveur de la pandémie: Markus Söder, dirigeant de la Bavière et du parti frère de la CDU, la CSU, culmine ainsi à la deuxième place des personnalités les plus populaires, derrière l'inoxydable Angela Merkel.

Ce colosse d'1m94, qui a su recentrer son image et faire vibrer une corde écologiste, est un partisan depuis le début de mesures strictes contre la pandémie, ce dont les Allemands lui sont gré. Vendredi, cet ancien journaliste de 54 ans a tenu un discours rassembleur depuis Munich lors du congrès de la CDU.

Soutien tiède

L'autre candidat potentiel a lui aussi gagné en popularité depuis le début de la pandémie, qu'il affronte en première ligne: l'actuel ministre de la Santé Jens Spahn, 40 ans seulement et plus à droite que Mme Merkel sur l'échiquier. Ce jeune ambitieux à la carrière déjà bien remplie ne s'est cette fois pas présenté et a formé un attelage avec Laschet. Il devrait ainsi exercer de hautes fonctions à la CDU après la victoire de Laschet.

La tiédeur de son soutien à Laschet durant la campagne interne et des rumeurs sur ses supposées ambitions pour la plus haute marche du pouvoir ont créé quelques remous en interne. En outre, après avoir été encensé, Jens Spahn se retrouve désormais sous le feu des critiques pour la lenteur de la campagne de vaccination.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés