Publicité

Les travaillistes remportent les élections en Norvège

Le Premier ministre norvégien pressenti, le travailliste et millionnaire Jonas Gahr Store. ©via REUTERS

Le parti travailliste a remporté les élections en Norvège. Le pays serait gouverné par une coalition de centre gauche. L'avenir du pétrole était au cœur de cette campagne législative.

Sans surprise, le parti travailliste (Arbeiderpartiet) du millionnaire Jonas Gahr Store a remporté les législatives lundi en Norvège. Selon les premières projections diffusées à 21 h, basées sur le vote anticipé, les travaillistes auraient remporté 26,5% des suffrages, ce qui est proche du score de 2017 (27,4%) et supérieur aux attentes. Une coalition de centre gauche devrait gouverner le pays. Mais les négociations seront complexes en raison de la question du pétrole et des changements climatiques.

L'alliance de centre droit de la Première ministre sortante Erna Solberg est reléguée dans l'opposition, après huit ans de pouvoir discontinu. Son parti conservateur (Hoyre), marqué par l'usure du pouvoir, était donné perdant dans tous les sondages. Il aurait réalisé 18,7% contre 25% en 2017.

L'avenir de l'industrie pétrolière, principale ressource de la Norvège, et les enjeux climatiques étaient au cœur de ces élections. Les Norvégiens sont tiraillés entre la volonté de lutter contre les changements climatiques et le maintien d'un niveau de vie élevé grâce aux hydrocarbures.

La Norvège est le premier pays producteur de pétrole et de gaz de l'Europe de l'Ouest. L'économie du pays est largement dépendante des hydrocarbures, qui représentent environ 20% du PNB, 42% de ses exportations et plus de 200.000 emplois directs et indirects. C'est aussi grâce à l'or noir que la Norvège dispose du fonds souverain le plus important du monde, de 1.400 milliards de dollars.

1.400
milliards de dollars
Grâce au pétrole, la Norvège dispose du fonds souverain le plus important du monde, de 1.400 milliards de dollars.

Paradoxalement, la Norvège est un modèle de transition énergétique sur le plan de la production d'électricité, tirée à 95% de ses barrages, et de son parc automobile, de plus en plus électrique. En 2025, plus aucun véhicule à essence ne sera vendu dans le pays. Mais si les Norvégiens cèdent aux charmes de la Tesla, c'est aussi parce qu'ils peuvent s'en offrir le luxe, grâce à un niveau de vie élevé lié à la production de pétrole.

La fin de l'exploration

"Nous livrerons de l’énergie au monde aussi longtemps que la demande sera là."
Tina Bru
Ministre norvégienne du Pétrole et de l'Énergie

Durant la campagne, les débats ont tourné autour de la fin de l'exploration pétrolière et gazière, une recommandation de l'ONU et de l'Agence internationale de l'énergie au regard des objectifs climatiques.

Les conservateurs n'ont jamais eu l'intention de réduire la production. "Nous livrerons de l’énergie au monde aussi longtemps que la demande sera là", avait indiqué en juin la ministre du Pétrole et de l’Énergie, Tina Bru (Hoyre). La Norvège représente 2% de la production mondiale de pétrole et 3% du gaz.

"D’ici 2035, la Norvège doit arrêter de produire des hydrocarbures."
Ulrikke Torgersen
Candidate du parti écologiste norvégien

Le Premier ministre pressenti, Jonas Gahr Store, âgé de 61 ans, n'a pas prévu dans son programme de réduire la production d'hydrocarbures ni d'arrêter l'exploration. Le leader travailliste a axé sa campagne sur le combat contre les inégalités. Mais le parti travailliste, comme les conservateurs, est en perte de vitesse par rapport aux législatives de 2017.

Coalition de centre gauche

Pour gouverner, les travaillistes pourraient former une coalition de centre gauche avec le Parti socialiste (Sosialistisk Venstreparti, 7,7%) et le Parti du centre (Senterpartiet, 14,7%). Or, les deux partis sont favorables à un ralentissement de l'exploration. Les négociations seront donc épineuses.

Le parti écologiste (Miljopartiet De Gronne) était pressenti lors de la campagne pour conforter leur majorité. Mais les "verts" ont fait moins bien que prévu, soit 4,1% alors que les sondages prévoyaient 5%. Pour les écologistes, le gouvernement doit mettre fin à l'exploration et programmer la sortie du pétrole. "D’ici 2035, la Norvège doit arrêter de produire des hydrocarbures", a martelé durant la campagne la candidate écologiste Ulrikke Torgersen.

Le résumé

  • Le chef de file des travaillistes, Jonas Gahr Store, devrait être le nouveau Premier ministre norvégien, d'après les premiers résultats des législatives de lundi.
  • Après 8 ans au pouvoir, le parti conservateur retourne dans l'opposition.
  • Les travaillistes devront trouver des partenaires pour gouverner le pays, probablement le Parti socialiste et le Parti du centre.
  • Les questions de la réduction de la production de pétrole et de la fin de l'exploration étaient au cœur de la campagne.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés