Publicité

Quelques heures après sa nomination, la Première ministre suédoise démissionne

Jusqu'ici ministre des Finances du Premier ministre démissionnaire Stefan Löfven, Magdalena Andersson lui succède désormais. ©via REUTERS

Magdalena Andersson, première femme à avoir prêté serment comme cheffe du gouvernement suédois ce mercredi, a été contrainte de démissionner à peine quelques heures plus tard.

Moins de huit heures après son élection par le Parlement, la nouvelle Première ministre suédoise Magdalena Andersson a été forcée de démissionner, mercredi, après la défaite de son budget et le départ de ses alliés écologistes du gouvernement.

"Il y a une pratique constitutionnelle voulant qu'un gouvernement de coalition démissionne lorsqu'un parti le quitte. Je ne ne veux pas diriger un gouvernement dont la légitimité est remise en cause", a déclaré la dirigeante social-démocrate lors d'une conférence de presse, où elle a dit espérer être réélue à son poste lors d'un vote ultérieur.

L'équipe que devait diriger Magdalena Andersson était un gouvernement minoritaire, forgé après plusieurs jours de négociations difficiles.

Jusqu'ici titulaire du portefeuille des Finances du Premier ministre démissionnaire Stefan Löfven, elle lui succède par la plus petite des marges, grâce à un vote de députés à 117 voix pour, 57 abstentions et 174 contre. En Suède, en effet, un gouvernement est "passé" tant qu'une majorité absolue de 175 députés ne vote pas sa censure.

Usé par sept ans au pouvoir et fragilisé par une crise politique au début de l'été, Stefan Löfven avait annoncé en août qu'il démissionnerait en novembre.

In extremis, cette économiste et ancienne nageuse de haut niveau de 54 ans a décroché mardi soir un accord avec le parti de gauche, le dernier soutien qui lui manquait pour prendre le pouvoir.

Un budget contesté

Ce psychodrame intervient à moins d'un an des législatives de septembre 2022 qui s'annoncent serrées. Usé par sept ans au pouvoir et fragilisé par une crise politique au début de l'été, Stefan Löfven avait annoncé en août qu'il démissionnerait en novembre.

Mercredi matin, de gros nuages s'amoncelaient déjà au-dessus de la tête de la nouvelle Première ministre: s'il a permis son accession au pouvoir, le parti du Centre annonçait qu'il ne soutiendrait pas le budget gouvernemental en raison de l'accord noué avec le parti de gauche.

Seule candidate des sociaux-démocrates pour succéder à Stefan Löfven, "Magda" Andersson avait pris la tête du parti début novembre. En plus de reconquérir le pouvoir qu'elle a à peine touché du doigt, son autre grand défi sera désormais de maintenir les sociaux-démocrates au pouvoir en septembre prochain.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés