2014, "année des dures vérités" pour la Grande-Bretagne

George Osborne. ©Bloomberg ©Bloomberg

Le ministre des Finances, George Osborne a été clair: des coupes budgétaires importantes seront bientôt nécessaires. Il parle de 25 milliards de livres! En cause, le déficit budgétaire. 2014 sera "l'année des dures vérités, l'année lors de laquelle la Grande-Bretagne fera face à un choix"...

De nouvelles coupes budgétaires massives d'un montant de 25 milliards de livres (30 milliards d'euros) devront être effectuées au Royaume-Uni après les prochaines élections prévues en 2015, a prévenu lundi le ministre des Finances, George Osborne.

"Nous devons trouver 25 milliards de livres de coupes budgétaires supplémentaires après les élections. Nous devons décider où ces coupes peuvent être trouvées", a déclaré sur la BBC Radio 4 le Chancelier de l'Echiquier qui tient ferme le cap de la rigueur malgré une reprise économique spectaculaire dans le pays depuis début 2013.

Ce chiffre découle des prévisions annoncées par Osborne le 5 décembre lors de son traditionnel "discours d'automne" et n'est donc pas vraiment nouveau mais c'est la première fois qu'il est exprimé par le ministre en valeur absolue.

Selon ces prévisions, le Royaume-Uni devrait dégager un "petit" excédent budgétaire en 2018/2019, soit un "an plus tôt" que prévu en mars, alors que le déficit est attendu à 6,8% sur l'année budgétaire 2013/2014.

"La raison pour laquelle nous devons faire ces économies n'est pas une fin en soi, c'est le moyen de parvenir à une fin" et "la fin que nous cherchons est un pays contrôlant sa propre destinée, ayant une économie qui s'améliore, qui peut concourir dans la compétition mondiale. Et un pays qui est accablé non seulement par un déficit élevé mais aussi par une dette élevée est un pays qui ne peut pas faire cela", a insisté le ministre.

"Oui, l'économie s'améliore (...) mais si nous ne continuons pas à mettre notre plan en oeuvre (...) nous repartirons à zéro, nous reviendrons à la ruine économique", a-t-il mis en garde.

Rappelant l'augmentation de l'âge de la retraite à 69 ans dans les années 2040, annoncée le 5 décembre, Osborne a indiqué qu'il regarderait encore du côté du budget des allocations sociales pour trouver de nouvelles coupes budgétaires "substantielles".

Lors d'un discours plus tard dans la journée, dont des extraits ont été publiés par ses services, Osborne doit prévenir que 2014 sera "l'année des dures vérités, l'année lors de laquelle la Grande-Bretagne fera face à un choix". "Il y a encore beaucoup de chemin à faire et il y a de lourds problèmes que nous devons régler dans notre économie", doit-il rappeler.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés