Accord de principe entre Paris et Londres sur la pêche de Saint-Jacques

©BELGAIMAGE

Pêcheurs français et britanniques se disputent une zone de pêche située dans la baie de Seine. Des altercations ont éclaté en mer la semaine dernière quand une trentaine de navires français ont essayé d'empêcher cinq navires britanniques de pêcher le précieux mollusque. Les deux pays sont parvenus à s'accorder ce mercredi.

Les images sont dignes du jeu de bataille navale "touché-coulé". Dans les eaux de la baie de Seine, pêcheurs français et anglais se livrent une bataille sans merci pour... la coquille Saint-Jacques. A tel point que Londres et Paris se sont rencontrés pour calmer les esprits. Petits rétroactes. 

La semaine dernière, des altercations ont éclaté en mer quand une trentaine de navires français ont essayé d'empêcher cinq navires britanniques de pêcher le précieux mollusque, nouvel épisode d'une guerre au long cours. 

Les pêcheurs français et anglais s'affrontent en mer, des images impressionnantes. ©France3

Deux pays, deux autorisations

©Photo News

Les pêcheurs normands, qui n'ont le droit de pêcher la Saint-Jacques que du 1er octobre au 15 mai, pour tenter de préserver la ressource, demandent aux Britanniques, dont la pêche n'est pas réglementée dans le temps, de respecter le même calendrier au large des côtes françaises pour tous les navires, quelle que soit leur taille.

Sur le plan légal, la pêche par les Britanniques dans les eaux françaises hors des saisons de pêche "n'est pas illégale proprement dite puisque ce sont les Français qui ont déterminé un calendrier pour pouvoir mieux gérer la ressource", a reconnu Stéphane Travert, ministre français de l'Agriculture et de la pêche.

Mais "les pêcheurs anglais sont plutôt des Brexiters, et il faut reconnaître que les tensions se ravivent à l'approche du calendrier de sortie du Royaume-Uni", a-t-il ajouté. Les pêcheurs britanniques ont majoritairement voté pour le Brexit pour espérer récupérer la mainmise sur leurs eaux.

Les Anglais profitent d'une petite faille

L'accord en vigueur jusqu'en 2017 "obligeait les Britanniques à respecter le calendrier français" mais ne concernait que les bateaux de plus de 15 mètres, explique-t-on, côté français. Une faille exploitée selon la France par les pêcheurs britanniques en utilisant des bateaux de moins de 15 mètres hors de la période autorisée. Du côté de l'hexagone, on pense que les Britanniques en ont profité pour "augmenter leur effort de pêche au détriment des Français: ils sont passés de 2.000 tonnes à 35.000 tonnes alors que nous pêchons 30.000 tonnes".

Make peace, not war

La France et le Royaume-Uni sont parvenus à un accord de principe ce mercredi soir. "Les gouvernements et les pêcheurs du Royaume-Uni et de la France ont tenu des discussions constructives aujourd'hui sur la pêche de Saint-Jacques en Manche-Est et notamment en Baie de Seine", peut-on lire dans un communiqué conjoint publié par le ministère britannique de l'Agriculture. "Un accord de principe a été trouvé", poursuit ce communiqué.

Le président du comité régional des pêches de Normandie, Dimitri Rogoff, a salué un "bon accord global". "Les termes de 2017 sont reconduits pour les bateaux de plus de 15 mètres. Les accords pour les bateaux moins de 15 mètres (sont) à finaliser avec des compensations à définir", a-t-il précisé.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content