Publicité

Accord européen sur le certificat vaccinal

Le certificat vaccinal doit permettre la reprise des voyages intra-européens cet été. ©AFP

Les eurodéputés et les États membres de l'UE se sont mis d'accord jeudi sur le certificat vaccinal européen. Le document entrera en vigueur le 1er juillet.

Le Parlement européen et les États membres de l'UE, épaulés par la Commission européenne, se sont mis d'accord jeudi sur la création d'un certificat numérique européen sur le covid. Ce document devrait permettre de relancer les voyages intra-européens. Très attendu par les pays du sud et l'industrie du tourisme, il devrait entrer en vigueur le 1er juillet. Les négociateurs européens ont abouti en un temps record, après quatre rounds de discussions tendues. Les eurodéputés, poussés par l'urgence, ont lâché prise sur plusieurs points.

"Nous avons eu des sessions de négociation épuisantes, avec un Conseil qui n’a montré lors des deux premières réunions aucun souhait de compromis avec le Parlement."
Juan Fernando Lopez Aguilar (S&D)
Président de la commission des libertés civiles du Parlement européen

Les institutions européennes se sont accordées sur la proposition de la Commission de créer un certificat numérique prouvant que son détenteur a été vacciné, qu'il a passé un test PCR négatif ou qu'il est immunisé après avoir été contaminé jusqu'à six mois auparavant. Le document prendra la forme d'un code QR sur smartphone ou d'un papier.

Les pourparlers ont été difficiles, les gouvernements européens tenant à conserver leurs prérogatives frontalières. "Nous avons eu des sessions de négociation épuisantes, avec un Conseil qui n’a montré lors des deux premières réunions aucun souhait de compromis avec le Parlement", a dit Juan Fernando Lopez Aguilar (S&D), le président de la commission des Libertés civiles du Parlement européen.

Les eurodéputés lâchent du lest

Le Parlement voulait que les tests PCR soient gratuits, étant donné que leurs prix peuvent s'avérer élevés et varient fortement d'un pays à l'autre, ce qui est un frein à la libre-circulation. En France, un test PCR est gratuit tandis qu'en Suède, il coûte 300 euros. Cette exigence a été rejetée par les gouvernements européens. Toutefois, des soutiens supplémentaires ont été dégagés pour améliorer la disponibilité des tests. La Commission sera chargée d'acheter des tests pour une valeur de 100 millions d'euros, et plus si nécessaire.

Les députés demandaient aussi que les États membres s'abstiennent d'imposer des restrictions supplémentaires, comme une quarantaine, à l'égard des porteurs du certificat vaccinal. Les États ont conservé la possibilité de mettre en place des restrictions "de manière exceptionnelle" si la situation épidémiologique l'exige.

300
euros
En France, un test PCR est gratuit tandis qu'en Suède, il coûte 300 euros.

Les députés souhaitaient aussi que tout type de vaccin puisse donner accès au certificat, peu importe qu'il ait été homologué ou non par l'Agence européenne du médicament (EMA). L'accord prévoit finalement que seuls les vaccins reconnus par l'EMA et l'OMS pourront être pris en considération.

Le Parlement a gagné sur le nom du certificat. Le "certificat vert numérique", tel que proposé par la Commission, devient le "certificat numérique européen Covid".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés