Accord historique sur un service minimum en Espagne

Le gouvernement espagnol et les syndicats sont parvenus dans la nuit de mercredi à jeudi, pour la première fois de l'histoire, à un accord sur les services minimums pendant la grève générale prévue le 29 septembre, a annoncé le secrétaire général des Transports José Luis Cachafeiro.

Cet accord "garantit la tranquillité pendant la journée de grève", a estimé M. Cachafeiro lors d'une conférence de presse dans la nuit, rapportée par les médias, après deux jours de négociations entre le gouvernement et les deux principaux syndicats du pays, CCOO et UGT.
L'accord prévoit que 20 à 40% des vols internationaux programmés seront maintenus, ainsi que 20% des trains à grande vitesse, lors de cette grève générale qui sera la première depuis l'arrivée au pouvoir du chef du gouvernement socialiste José Luis Rodriguez Zapatero.

Lors de la précédente grève générale en 2002, le chef du gouvernement conservateur José Maria Aznar avait imposé des services minimum, mais cela avait été jugé abusif par les syndicats qui avaient saisi la justice.
L'accord conclu dans la nuit de mercredi à jeudi est ainsi le premier pour une grève générale.
Dans le secteur aérien, 10% des vols prévus sur la péninsule sont garantis, et 50% de ceux entre la péninsule et les Canaries, les Baléares, Ceuta et Melilla, et entre ces destinations.
Les vols vers l'Union européenne seront maintenus à 20% et ceux vers les autres pays à 40%.
Concernant les trains, 20% de ceux à grande vitesse seront maintenus, 25% des trains de banlieue (et 30% aux heures de pointe du matin). En revanche, aucun train régional ou de longue distance ne circulera.
Entre un et trois bus interurbains seront maintenus.

Les deux grands syndicats espagnols ont convoqué une grève générale pour le 29 septembre, afin de protester contre une réforme contestée du marché du travail, mettant fin à six ans de paix sociale avec le gouvernement socialiste.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés