Allemagne: le moral des entrepreneurs retombe en mai

Le moral des entrepreneurs en Allemagne est retombé en mai après un rebond lors du mois précédent, sans inquiéter toutefois outre mesure les analystes qui jugent la première économie européenne toujours solide.

Le baromètre Ifo qui mesure ce moral a atteint 110,4 points en mai contre 111,2 points en avril, selon les chiffres publiés vendredi par l'institut du même nom basé à Munich.

→ Le consensus d'analystes compilé par l'agence Dow Jones Newswires misait sur une baisse moins marquée, à 111 points.

L'indice Ifo s'est par ailleurs replié sous son niveau du mois de mars (110,7 points), qui avait été marqué par les inquiétudes concernant les tensions en Ukraine.

"Il y a eu un passage à vide de l'économie allemande en mai", a commenté Hans-Werner Sinn, président de l'institut Ifo, cité dans un communiqué.

"L'évaluation de la situation actuelle des affaires n'a pas été aussi favorable qu'en avril. Les entreprises sont également moins optimistes concernant le développement futur de leur activité", a-t-il ajouté.

La composante de l'indice concernant l'appréciation de la situation actuelle a reculé à 114,8 points, contre 115,3 points le mois précédent, un niveau qui était toutefois élevé. Quant aux attentes à six mois, l'indice affiche également un repli, à 106,2 points après 107,3 points en avril.

Dans le détail, tous les secteurs d'activité ont été touchés par un vent de morosité en mai. Dans l'industrie manufacturière, les chefs d'entreprises sont légèrement moins optimistes concernant leur activité future, mais s'attendent toujours à une forte impulsion à l'export, souligne notmament l'institut Ifo.

Dans le commerce de gros, l'évaluation de la situation actuelle a été clairement moins favorable et les attentes sur six mois se sont légèrement dégradées, tout comme dans le commerce de détail et dans la constructCe recul fait écho à la dégradation en mai des attentes des milieux financiers allemands concernant la conjoncture de l'Allemagne, mesurées par le baromètre mensuel ZEW. Les observateurs ne s'étaient toutefois pas ému de ce dérapage.

L'Ukraine a pesé sur l'économie allemande

Pour Timo Klein, d'IHS, "l'indice Ifo confirme que les évènements en Ukraine ont pesé sur l'activité économique allemande, mais (celle-ci) reste très résistante étant donné la robustesse actuelle de la demande intérieure".

Le Produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne s'est apprécié de 0,8% au premier trimestre, une croissance robuste par rapport au reste de la zone euro mais uniquement due à la vigueur de la demande intérieure, tandis que le commerce extérieur a apporté une contribution négative de 0,9 point, a détaillé vendredi l'Office fédéral des statistiques.

"La reprise économique allemande pourrait désormais ralentir", estime toutefois Jennifer McKeown, du cabinet Capital Economics.

Pour autant, "l'Ifo reste à un niveau élevé", juge Martina von Terzi, de la banque italienne UniCredit, qui ne voit pas de raison d'avoir "une vision négative du développement économique en Allemagne".

"Poutine reste le plus grand risque", pour son confrère Holger Schmieding, de la banque Berenberg. "Si la Russie était sur le point d'envahir ouvertement son voisin (ukrainien), l'onde de choc qui en résulterait pourrait enrayer la reprise économique de l'Allemagne pour un moment. Notre meilleur pari reste cependant que Poutine n'ira pas plus loin", estimait-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés