Angoisse autour du coronavirus, l'OMS évoque un risque de "pandémie"

Malgré les mesures de précaution, le coronavirus se répand autour de la planète. Les cas de contamination ont bondi ces derniers jours en Corée du Sud, en Iran et en Italie. L'angoisse croît, l'OMS évoquant un risque de "pandémie".

L'épidémie de coronavirus s'est accélérée ce lundi à travers le globe, l'OMS évoquant un risque de "pandémie", sur fond de dégringolade des marchés financiers inquiets pour l'économie mondiale. "Nous devons nous concentrer sur l'endiguement de l'épidémie, tout en faisant tout notre possible pour nous préparer à une éventuelle pandémie", a déclaré le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus. L'OMS a notamment jugé "très préoccupante (...) l'augmentation soudaine" de nouveaux cas en Italie, en Corée du Sud et en Iran.

7
décès
Sept patients sont décédés du coronavirus en Italie.

L'Italie, qui compte désormais sept morts, est devenue le premier pays européen à mettre en place un cordon sanitaire autour d'une dizaine de villes du nord. Pas moins de 229 cas y ont déjà été déclarés. De leur côté, la Corée du Sud et l'Iran se retrouvent en première ligne, avec respectivement le plus grand nombre de cas de contamination (800) et de décès (12) en dehors de la Chine. Hong Kong a ainsi décidé d'interdire à partir de ce mardi les arrivées de non-résidents en provenance de Corée du Sud et appelé les résidents hongkongais à s'abstenir de tout voyage non nécessaire.

"Les prochains jours seront cruciaux."
Moon Jae-in
Le président sud-coréen

 En outre, deux mois après l'apparition du coronavirus, cinq pays ont annoncé des premiers cas de contamination: Afghanistan, Bahreïn, Koweït, Irak et Oman.

Bataille de chiffres en Iran

Moins d'une semaine après la détection du coronavirus sur son territoire, Téhéran a annoncé ce lundi quatre nouveaux décès, portant à 12 le nombre de victimes de l'épidémie en République islamique, où une mission de l'OMS est attendue. Avec seulement 64 personnes contaminées en Iran, ce taux de mortalité d'un sur cinq (20%) semble beaucoup plus élevé que celui constaté jusqu'à présent en Chine (aux alentours de 3%).

Un député de Qom, ville où ont été annoncés les premiers cas de coronavirus, a accusé le gouvernement de "ne pas dire la vérité" sur l'ampleur de l'épidémie. Selon une agence de presse iranienne, le député aurait évoqué le chiffre de "50 morts" pour la seule ville de Qom, un bilan "catégoriquement" démenti par un vice-ministre de la Santé.

Plus de 30 pays touchés

Inquiets de la contagion en Iran, l'Arménie, la Turquie, la Jordanie, le Pakistan, l'Irak et l'Afghanistan ont fermé leur frontière ou restreint les échanges avec ce pays. Au total, plus d'une trentaine de pays sont désormais touchés, avec un bilan qui dépasse largement les 30 morts hors de Chine.

Près de 2.600 personnes ont succombé en Chine, où le coronavirus est apparu en décembre dans la métropole de Wuhan, sur 77.000 cas de contamination.

L'Union européenne mobilise 232 millions d'euros de plus

La Commission européenne a annoncé lundi avoir mobilisé plus de 230 millions d'euros supplémentaires pour contribuer à la lutte internationale contre la propagation du coronavirus Covid-19. 

  • 114 millions vont être versés à l'OMS dans le cadre de son appel à un état de préparation global;
  • 15 millions iront aux pays partenaires en Afrique, pour renforcer leur résilience et plans de préparation; 
  • 100 millions vont financer la recherche de vaccins et traitements dont 45 sont une contribution de l'industrie pharma;
  • 3 millions vont finalement soutenir les efforts des États membres dans la fourniture d'équipements de protection à la Chine et dans le rapatriement de leurs citoyens

Ce serait également aux États membres de décider d'un éventuel retour de contrôles aux frontières à l'intérieur de l'espace Schengen, mais ce n'est pas particulièrement souhaité par l'exécutif européen pour le moment. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés