Après trois ans à l'Élysée, Macron rêve de l'après Covid pour se "réinventer"

Le président français Emmanuel Macron lors d'une visioconférence avec des représentants de la culture depuis le palais de l'Élysée ce mercredi. ©Photo News

Le président français veut faire de l'après crise sanitaire une nouvelle ère de son mandat. Mais sa popularité est mise à mal par sa gestion de l'épidémie.

"La tâche sera dure", avait-il lâché le jour de son investiture. C'était le 7 mai 2017, et il ne croyait pas si bien dire. Alors qu'il entame sa troisième année à l'Élysée, Emmanuel Macron n'avait sans doute pas imaginé l'ampleur de la tâche qui l'attendait. Preuve en est, ce jeudi, le président français va devoir trancher sur le début ou non du déconfinement le 11 mai prochain.

En quelques semaines, la crise sanitaire liée au Covid-19 est venue bousculer ses projets, l'obligeant à geler les grandes réformes en cours. Y compris la plus symbolique, celle des retraites, qui avait engendré le plus long conflit social qu'ait jamais connu le pays depuis trente ans. Alors que le taux chômage commençait à reculer, ce dernier, sous l'effet de la crise, a bondi de 7% sur le seul mois de mars. Un record. Selon la Commission européenne, le produit intérieur brut (PIB) français devrait reculer de 8,2% cette année, selon la fourchette basse, et le déficit public atteindre 9,9%.

Un niveau de confiance très bas

D'ailleurs, après la crise des Gilets jaunes et celle des grèves dans les transports et services publics, Emmanuel Macron voit en cette crise l'occasion d'un nouveau départ. "Sachons sortir des sentiers battus, des idéologies, et sachons nous réinventer, moi le premier", a-t-il lancé lors de son allocution du 13 avril. Pour autant, le président est-il encore crédible aux yeux des Français à l'approche des présidentielles en 2022?

À quelques jours du déconfinement, la cote de popularité d'Emmanuel Macron se dégrade. Les jugements négatifs sont en forte hausse, avec près de six Français sur dix (59%, +5) qui désapprouvent son action.

À court terme, une enquête du centre de recherches politiques Cevipof révèle que le niveau de confiance accordé aux informations données par son gouvernement reste bas (42%), bien plus bas qu'en Allemagne (67%) et au Royaume-Uni (71%) notamment. "Il y a une cohésion sociale en France qui est plus faible qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni. On est renvoyé en France à ce manque de cohésion sociale et à ces fractures politiques qui augmentent la défiance à l’égard des politiques", estime Luc Rouban, directeur de recherche au Cevipof sur France Culture.

À ce contexte, se sont ajoutées des injonctions contradictoires qui ont entamé la confiance. Exemple, l'épisode kafkaïen de la gestion des masques. Dans un premier temps, jugé non nécessaire, leur port est désormais hautement recommandé. Dans un pays où les collectivités locales n'ont été, dans un premier temps, que peu consultées, et où toute décision passe par l'Élysée, les responsabilités se concentrent vite sur le chef de l'État, selon ce même chercheur.

Relocaliser des secteurs stratégiques

Il faudra donc à Emmanuel Macron convaincre de sa réelle volonté de changer de logiciel. Pour l'heure, il s'est surtout exprimé sur la nécessité d'une relocalisation de certaines chaînes de valeur stratégiques, comme dans le secteur des médicaments, "en plaçant certains biens et services en dehors des lois du marché". De fait, le chef de l'État sera attendu sur sa capacité d'innover pour remettre en route l'économie, en plein délabrement, et sur ses promesses sociales comme celle d'un plan massif d'investissement pour l'hôpital annoncé fin mars.

Également sensible, le sujet de l'environnement. Il lui faudra pour être crédible allier la parole aux actes, en allant au-delà du conditionnement des aides massives à Air France à l'abandon des vols courts. "C'est sur la cohérence que l'on jugera", insiste Nicolas Hulot, son ex-ministre de l'écologie. Pour l'heure, moins d'un Français sur deux espère, selon un sondage BVA-RTL-Orange, une réelle inflexion de la ligne politique présidentielle.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés