Asie-Europe: un sommet sous le signe du commerce

Ouverture du Sommet Asie-Europe

Le Sommet Asie-Europe vient de s'ouvrir à Bruxelles ce lundi. Les leaders de 46 pays vont se rencontrer deux jours durant pour tenter d'établir des accords commerciaux et économiques.

Le sommet Europe-Asie de deux jours réunissant les responsables de 46 pays des deux continents, consacré notamment aux différends commerciaux entre les deux continents, s'est ouvert lundi vers 16H20 (14H20 GMT) à Bruxelles. "Les dirigeants réunis autour de cette table représentent 58% de la population mondiale et 60% du commerce mondial. Ces chiffres nous imposent une grande responsabilité vis-à-vis de la paix et de la prospérité" du monde, a dit le président de l'UE Herman Van Rompuy en ouvrant la réunion. Il a fixé trois priorités à la réunion: une meilleure gouvernance économique et financière mondiale, le développement durable et la coopération dans le domaine de la sécurité et dans celui de l'assistance humanitaire. M. Van Rompuy a promis de parler de la situation des droits de l'Homme dans un "échange franc et fructueux".

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a demandé lors de l'ouverture que les taux de changes des principales monnaies restent "relativements stables" entre eux, dans une apparente fin de non recevoir aux appels à une forte appréciation du yuan. "Nous devons travailler ensemble pour promouvoir la croissance économique mondiale", a-t-il déclaré dans un discours prononcé devant les représentants des 46 pays européens et asiatiques participant à cette réunion de deux jours à Bruxelles. "Nous devrions intensifier la coordination macro-économique, gérer avec prudence le moment choisi et la rapidité de mise en oeuvre des stratégies de sortie des plans de relance, et maintenir les taux de change des principales monnaies de réserve relativement stables", a ajouté Wen Jiabao. En s'exprimant de la sorte, M. Wen semble refuser une nouvelle fois les appels pressants des Etats-Unis et des Européens à laisser la monnaie chinoise, le yuan, s'apprécier davantage. Les Occidentaux soupçonnent la Chine, mais aussi d'autres pays asiatiques, de maintenir artificiellement leurs devises sous-évaluées pour doper leurs exportations et leur croissance.

Le sommet de l'Asem (Asia Europe Meeting), un forum de dialogue créé en 1996, s'annonce dominé par les contentieux sur le commerce et les questions monétaires, mais avec en toile de fond une crise diplomatique persistante entre Pékin et Tokyo et la situation en Birmanie. Le ton est monté entre Pékin et Tokyo à la suite d'un différend entre les deux pays autour d'une zone maritime revendiquée par les deux puissances. Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao et le Premier ministre japonais Naoto Kan n'ont pas prévu officiellement de se rencontrer lors de ce sommet, mais Tokyo n'exclut pas un contact informel en marge.

La réunion doit s'achever mardi en fin d'après-midi.

A noter, en marge du sommet officiel, se déroule le 8ème Forum des Peuples. Au lieu de réunir les leaders européens et asiatiques, l'AEPF (Asia-Europe People's Forum) rassemble, pendant deux jours également, tout un réseau de mouvements sociaux, de syndicats et d'ONG. Les préoccupations sont bien entendu autres. La principale est de placer l'être humain au centre des décisions politiques. Jusqu'à mardi donc, sont prévus des ateliers pour les membres de la société civile des deux régions.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés