Publicité

5 personnes arrêtées en France après le décès d'au moins 27 migrants au large de Calais

Le ministre de l'Intérieur français Gérald Darmanin, présent à Calais mercredi soir, a exprimé la nécessité de lutter contre les "passeurs" de migrants, soulignant le caractère criminel de leurs actes. ©AFP

Au moins 27 migrants sont morts noyés dans le naufrage de leur embarcation au large de Calais mercredi. Les autorités françaises ont annoncé l'arrestation de cinq personnes.

Au moins 27 migrants sont morts noyés dans le naufrage de leur embarcation au large de Calais mercredi, alors qu'ils voulaient rejoindre la Grande-Bretagne. Un accident qualifié de "tragédie" par le gouvernement français, qui a annoncé l'arrestation de cinq personnes pour leur implication présumée.

27
morts
Parmi les victimes figurent 17 hommes, sept femmes et trois jeunes, dont on ignore encore l'âge.

Le chef de l'État Emmanuel Macron a réclamé la tenue d'une réunion d'urgence des pays européens concernés par la crise migratoire et appelé au "renforcement immédiat" de l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex).

Il avait, dans un premier temps, annoncé un bilan de 31 morts, qui a été revu à la baisse par le ministère de l'Intérieur. Parmi les victimes figurent 17 hommes, dont deux décédés à l'hôpital, sept femmes et trois jeunes, dont on ignore encore l'âge exact, selon la procureure de Lille.

Cinq passeurs suspects arrêtés

Arrivé sur place mercredi en fin de journée, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé l'arrestation de quatre personnes pour leur implication présumée dans le naufrage - un nombre passé à cinq ce jeudi. Devant les journalistes, il a exprimé la nécessité de lutter contre les "passeurs" de migrants, soulignant le caractère criminel de leurs actes.

"Il est l'heure de faire tout ce que nous pouvons contre ces gangs qui tuent impunément."
Boris Johnson
Premier ministre britannique

À Londres, où il présidait dans la journée une réunion de crise sur les traversées illégales dans la Manche, le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est quant à lui dit "horrifié" par ce naufrage illustrant, selon lui, la nécessité de renforcer les mesures de lutte contre les groupes de "passeurs" de migrants.

Le gouvernement britannique fera tout ce qui est nécessaire pour "détruire" le modèle économique des "trafiquants d'êtres humains et des gangsters", a-t-il dit. "Nous devons travailler avec nos amis français, nos partenaires européens (…) Il est l'heure de faire tout ce que nous pouvons contre ces gangs qui tuent impunément."

Conditions maritimes "favorables"

D'après des pêcheurs, des migrants ont quitté en plus grand nombre que d'habitude les côtes du nord de la France afin de tenter de profiter de conditions maritimes jugées favorables, en dépit de la température froide de la mer. Un pêcheur a appelé les secours après avoir vu un canot vide et un groupe de personnes flottant immobiles à proximité.

Trois hélicoptères et des navires de sauvetage ont été dépêchés sur les lieux, à la recherche de disparus, a déclaré la ministre française de la Mer, Annick Girardin.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés