Barroso accusé de faire du lobbying pour Goldman Sachs

Jose Manuel Barroso, ex-président de la Commission européenne ©EPA

Des ONG ont accusé mardi l'ex-président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, d'avoir brisé sa promesse de ne pas faire de lobbying pour son employeur Goldman Sachs en rencontrant à Bruxelles un vice-président de l'actuel exécutif européen, Jyrki Katainen, qui dit de son côté avoir "suivi religieusement" les procédures légales en matière de lobbying.

"Je n’ai pas été engagé pour faire du lobbying au nom de Goldman Sachs et je n’ai pas l’intention de le faire", écrivait en 2016 l’ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso à son successeur, Jean-Claude Juncker.

Son engagement par Goldman Sachs venait de provoquer un tollé, vu son devoir de réserve et le rôle de la banque dans la crise de la dette grecque. Pourtant, le 25 octobre dernier, Barroso rencontrait le vice-président de la Commission Jyrki Katainen à l’hôtel Silken pour parler "commerce et défense".

"Le cadre juridique a été respecté."
Margaritis Schinas
Porte-parole de Jyrki Katainen

Le rendez-vous, à deux pas du Berlaymont, fut inscrit par Katainen dans le registre de transparence de la Commission. Cette réunion ayant eu lieu après le délai de retenue de 18 mois prévu par ses règles internes, la Commission n’y voit pas malice.

"Le cadre juridique a été respecté", dit Margaritis Schinas, son porte-parole. Barroso avait aussi promis qu’on ne le verrait plus au Berlaymont. "Le rendez-vous n’a pas eu lieu au Berlaymont", oppose Schinas.

Alter EU, une ONG de lutte contre la corruption, a demandé ce mardi au secrétaire général de la Commission Alexander Italianer de mener une enquête.


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés