Berlusconi réhabilité

Silvio Berlusconi a été réhabilité par la justice italienne. ©REUTERS

Condamné, Silvio Berlusconi n'avait pu être candidat pour son parti Forza Italia aux législatives du 4 mars. Mais le voilà réhabilité par la justice. Il peut à nouveau siéger au parlement et occuper des fonctions publiques. Si les tentatives de former un gouvernement antisystème échouent et qu'il faut lancer de nouvelles élections, l'ex-Cavaliere pourrait à nouveau être candidat!

La loi italienne autorise un condamné à demander sa réhabilitation trois ans après qu'il a fini de purger sa peine. Silvio Berlusconi a été condamné en août 2013 à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset. Cette peine a été commuée et il a dû effectuer quatre heures de travail hebdomadaire pendant un an dans une maison de retraite qui accueille aussi des malades mentaux.

L'ex-Cavaliere restait toutefois inéligible pour une durée de six ans et avait interdiction d'exercer un mandat public en vertu d'une loi anticorruption adoptée 2012 sous le gouvernement de Mario Monti. Une demande de casser cette "sanction" est pendante devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) à Strasbourg.

Mais Silvio Berlusconi va pouvoir à nouveau siéger au parlement et occuper des fonctions publiques, annonce le Corriere della Sera. Un tribunal de Milan a obtenu sa "réhabilitation" qui annule tous les effets de sa condamnation pour fraude fiscale de 2013. Le magnat des médias, âgé de 81 ans, aurait initialement dû attendre jusqu'en 2019 pour être autorisé à se présenter devant les électeurs.

En raison de sa condamnation, il n'avait pas pu être candidat pour son parti Forza Italia aux législatives du 4 mars. La coalition de droite dirigée par Forza Italia et la Lega (extrême droite) était arrivée en tête du scrutin avec 36% des voix, mais sans décrocher la majorité au parlement.

→ La Lega mène actuellement des discussions avec le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) pour la formation d'un gouvernement. Les détails des discussions ici

→ Si ces tractations échouent, de nouvelles élections pourraient être convoquées et  Berlusconi pourrait à nouveau se présenter.

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content