Berlusconi veut rassurer les marchés

© Stringer/Italy

Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a assuré mercredi que l'Italie avait des "fondamentaux économiques solides" alors que le pays est sous la pression des marchés, ce qui fait dangereusement grimper le coût de sa dette.

Même s'il admet que les tensions ne montrent aucun signe de répit sur les marchés, Silvio Berlusconi se veut rassurant.  "Nous avons des fondamentaux économiques solides, nos banques ont de la liquidité, sont solvables" et le système politique est également "solide", ce qu'il a montré en approuvant en urgence mi-juillet un plan d'austérité "en trois jours", a-t-il déclaré devant la Chambre des députés.

Le chef du gouvernement italien estime que les marches n'évaluent pas correctement la situation qui prévaut en Italie. Les marchés "n'ont pas évalué notre solidité" en raison d'une "crise de confiance", a-t-il regretté.

Malgré l'adoption du plan d'austérité mi-juillet, l'Italie inquiète toujours les investisseurs en raison de son énorme dette (environ 1.900 milliards d'euros soit 120% de son PIB), d'une croissance atone et de l'incertitude pesant sur l'avenir du gouvernement. Le Cavaliere juge d'ailleurs essentiel que le gouvernement et le parlement agissent rapidement sur la reforme fiscale. Il note aussi la nécessité d'un "plan d'action immédiat" pour relancer la croissance. D'ailleurs, initiative inhabituelle, patronat et syndicats avaient lancé la semaine dernière un appel commun à un "pacte pour la croissance" afin de rassurer les marchés.

Silvio  Berlusconi s'est aussi dit particulièrement concerné par la crise ayant lui-même "trois entreprises cotées en Bourse". Il a donc appelé les partenaires sociaux, qu'il doit rencontrer jeudi, à la "collaboration" afin de mettre en oeuvre ces mesures.

Il a aussi tenu à rappeler que les objectifs en matière de déficit de l'italie respectent ce qui a ete convenu avec l'Union européenne. 

 



Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés