Boris Johnson envoie son chef négociateur à Bruxelles

©AFP

Alors que Boris Johnson joue la provocation envers les Européens, David Frost, le nouveau chef négociateur du Brexit, sera à Bruxelles dans les prochains jours.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, en pleine croisade pour le Brexit, affiche une ligne dure face à l'Union européenne. Il a affirmé lors de sa visite en Écosse et au Pays de Galles qu'il ne rencontrerait pas les leaders européens tant qu'ils ne promettraient pas de supprimer le "backstop" irlandais, ce qui suppose une réouverture des négociations des accords du Brexit. Une chose dont les Européens ne veulent pas entendre. 

Cette ligne intransigeante n'empêche en rien "BoJo" d'envoyer en toute discrétion un négociateur sonder ses homologues européens. 

David Frost, le nouveau chef négociateur du Brexit pour le Royaume-Uni, sera à Bruxelles dans "les prochains jours" pour rencontrer les négociateurs européens, a-t-on appris ce mercredi.

"David Frost rencontrera ces prochains jours la cheffe de cabinet du président Juncker, Clara Martinez Alberola", confirme Annika Breidthard, une porte-parole de la Commission européenne. Ilze Juhansone, la secrétaire générale ad interim de la Commission et et Stéphanie Riso, directrice de la Task Force "Article 50", participeront à la rencontre. 

Le chef négociateur de l'Union européenne, Michel Barnier, ne sera pas présent. 

La Commission européenne n'a pas révélé les motifs de cette visite. "C'est une affaire qui concerne les sherpas", dit Annika Breidthard, en parlant des ambassadeurs des 27 États de l'Union européenne à qui la Commission fera rapport après la rencontre.

"Ne pas sous-estimer Boris Johnson"

Dossier Brexit

Comment s'y retrouver dans l'imbroglio du Brexit? Toutes les infos et analyses dans notre dossier spécial >

Peu après sa nomination, David Frost, le successeur d'Olly Robbins, a averti que les Européens "ne doivent pas sous-estimer Boris Johnson".

Nul doute qu'il tentera d'obtenir des négociateurs européens une réouverture des négociations pour supprimer le "backstop", cette clause de sauvegarde visant à éviter un rétablissement de la frontière irlandaise. Boris Johnson ne cesse de répéter que sans renégociation de l'accord de sortie d'ici le 31 octobre, ce sera le Brexit dur.

David Frost est un ancien membre de la Représentation permanente du Royaume-Uni auprès de l'UE. Il fut aussi président de la chambre de commerce de Londres. 

Les Brexiters ne portaient pas Olly Robbins dans leur coeur, l'accusant de desservir leur cause. 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect