Publicité

Boris Johnson recentre son gouvernement

En chute dans les sondages, le premier ministre britannique espère trouver un second souffle. ©Photo News

Après deux hausses historiques des impôts cette année, le Premier ministre britannique refaçonne le pouvoir pour répondre aux préoccupations concrètes des citoyens, au-delà du Brexit et du Covid-19.

Le parti tory n'est pas et ne sera jamais un parti de gauche. Mais le nouveau remaniement opéré mercredi – le troisième en un an et demi – vise clairement à montrer aux citoyens que le gouvernement aura davantage vocation à panser leurs plaies, après dix-huit mois de fortes turbulences liées à la pandémie et au Brexit.

L'éviction ou la rétrogradation de plusieurs ministres majeurs envoie un nouveau signal fort.

La création d'une nouvelle cotisation sociale pour renflouer les services de santé, la semaine dernière, a déjà suscité des doutes sur la véritable identité du pouvoir tory de 2021, qui n'a jamais autant augmenté les impôts depuis l'après-guerre. L'éviction ou la rétrogradation de plusieurs ministres majeurs envoie un nouveau signal fort.

Dominic Raab, ministre des Affaires étrangères et figure éminente des Brexiters, "descend" à la justice. Cette décision pourrait être la conséquence de son absence remarquée à la mi-août et de sa réticence à revenir immédiatement de ses vacances, pendant que les Talibans reprenaient le contrôle de Kaboul après deux décennies de présence américaine.

L'autre victime éminente du remaniement est le ministre de l'Éducation Gavin Williamson. Son bilan reste entaché par deux polémiques très marquantes, qui ont mis en évidence la rudesse aveugle du pouvoir. La première a été l'hésitation gouvernementale à fournir des repas gratuits aux enfants de familles défavorisées pendant la pandémie, malgré la bataille médiatique gagnée d'avance engagée par le footballeur Marcus Rashford. La seconde a été la mise en place d'un algorithme pour remplacer les examens réels des candidats au baccalauréat britannique, le A-level. Cet algorithme dégradait les appréciations des professeurs d'élèves issus des établissements scolaires moins prestigieux, au point de les priver d'inscriptions dans les universités et grandes écoles de leurs choix.

Liz Truss devient la première femme d'un gouvernement conservateur à occuper le poste de ministère des affaires étrangères, en 272 ans.

L'une des nominations les plus significatives est celle du poids lourd Michael Gove au ministère du Logement, avec la mission de "niveler par le haut". Ce secteur est depuis une quinzaine d'années celui dans lequel les inégalités sont les plus criantes, avec notamment de grandes difficultés d'accès à la propriété pour les jeunes générations.

Autre choix fort: celui de Liz Truss au poste de ministre des Affaires étrangères. L'ancienne ministre pour les Égalités devient la première femme d'un gouvernement conservateur à occuper ce poste, en 272 ans. Le deuxième des quatre ministères les plus importants, l'Intérieur, sera également occupé par une femme, Priti Patel, qui a conservé son portefeuille malgré une gestion critiquée de la crise des migrants avec la France.

Le résumé

  • Boris Johnson remanie son gouvernement. Objectif: se refaire une santé politique.
  • En chute dans les sondages, le premier ministre britannique espère trouver un second souffle.
  • Du fait de son inaction lors de la crise afghane, le chef de la diplomatie a été remercié.
  • Liz Truss devient la première femme d'un gouvernement conservateur à occuper le poste de ministère des Affaires étrangères, en 272 ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés