Calais: "Mettre fin à cette situation est une priorité absolue"

©AFP

La crise des migrants provoque l'exaspération des transporteurs en Flandre. Elle remet aussi en question le "traité du Touquet" qui visait à renforcer les contrôles au départ de la France afin de juguler l'immigration clandestine en Grande-Bretagne.

Face à "l'exaspération" dans le nord de la France, où le député Xavier Bertrand (Les Républicains, droite) a même suggéré de "laisser partir" les clandestins en Grande-Bretagne, Londres et Paris ont affiché dimanche leur volonté de "mettre fin ensemble" au problème des migrants qui tentent à tout prix de traverser la Manche.

"Mettre fin à cette situation est une priorité absolue. Nos deux gouvernements sont déterminés à y parvenir, et à y parvenir ensemble", affirment les ministres de l'Intérieur français et britanniques, Bernard Cazeneuve et Theresa May, faisant bloc dans une déclaration commune publiée par le Journal du Dimanche.

Officiellement, Londres et Paris se félicitent de leur coopération mutuelle pour tenter de réfréner l'exil volontaire des milliers de migrants bloqués à Calais mais qui rêvent de l'Angleterre.

  • Cette crise pose de graves problèmes pour le secteur du transport en Flandre. Les temps d'attente pour passer le tunnel sous la Manche engendrent  des coûts supplémentaires pour les entreprises, selon une association représentant les PME flamandes dans le domaine du transport. Ces coûts représenteraient plusieurs millions d'euros.
  • La crise pose aussi des problèmes de sécurité et d'hygiène. "Les migrants essayent de s'immiscer dans les camions. S'ils y parviennent dans un convoi transportant de l'alimentaire, la cargaison ne peut plus être livrée pour des raisons d'hygiène."
  • Plusieurs transporteurs envisagent de suspendre les convois à destination de l'Angleterre.

Les deux ministres font valoir les efforts respectifs de leur pays: l'enveloppe financière de Londres, apportant "15 millions d'euros pour renforcer la sécurité dans le Nord-Pas-de-Calais" et assortie d'une rallonge de 10 millions d'euros cette semaine, ou les "550 policiers et gendarmes" français déployés sur place. Mais une semaine particulièrement difficile - avec la mort d'un migrant dans la nuit de mardi à mercredi et des milliers de tentatives d'intrusions sur le site d'Eurotunnel - a ravivé les tensions bilatérales.

"Nous sommes face à des populations qui n'en peuvent plus", a souligné vendredi soir le président François Hollande, en annonçant qu'il aurait le même jour une "discussion" avec le Premier ministre David Cameron. "Nous devons prendre nos responsabilités. Et la France le fait avec fermeté en respectant la sécurité et la dignité des personnes. La France ne peut pas agir seule. Ce sera le sens de la discussion avec les Britanniques", a ajouté le président français.

  •  Exaspération totale
©REUTERS

Le déchaînement des tabloïds de Londres, qui ont accusé la France de couardise et d'incompétence jeudi avant d'appeler leur gouvernement à "envoyer l'armée" à Calais, est resté en travers de la gorge du gouvernement français. "Les outrances, les excès, les insultes n'ont jamais réglé aucun problème de dimension humanitaire (...)", a vertement répliqué Bernard Cazeneuve.

"Je dis à nos amis anglais: notre exaspération est totale", a de son côté lancé l'ancien ministre français Xavier Bertrand, dans le Journal du Dimanche. Candidat aux prochaines élections régionales dans le nord de la France, M. Bertrand s'est fait le porte-parole du "ras-le-bol" de la population locale et il a brocardé les mesures "décalées et dérisoires" annoncées par David Cameron. "S'il continue à ne rien proposer d'autre, laissons partir les migrants et que Monsieur Cameron gère sa politique à sa façon, mais sur son île", estime-t-il.

Rappelant que "géographiquement, la frontière anglaise se situe à Douvres", Xavier Bertrand a posé la question d'une éventuelle révision des accords du Touquet, signés en 2003, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. "Si les Anglais ne veulent rien entendre, rien comprendre, s'ils ne veulent pas prendre leur part au règlement de ce dossier, les accords du Touquet doivent être revus", selon lui.

Ces propos ont fait réagir la classe politique, et notamment Pierre de Saintignon, vice-président socialiste de la région, qui affrontera l'élu de droite en décembre. "Il tient des propos aussi inacceptables qu'inefficaces (...)", écrit M. de Saintignon dans un communiqué transmis à l'AFP. "La démagogie ne peut être de mise dans une région comme la nôtre, à la fois humaine, solidaire et responsable."

Ces accords franco-britanniques sur l'immigration aboutissent "en pratique à interdire aux migrants de quitter la France et à faire de Calais et de sa proche région une zone de concentration de personnes en exil", avait dénoncé début juillet la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH).

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect