Carles Puigdemont, auditionné, reste libre mais sous conditions

L'ex-président catalan Carles Puigdemont s'est présenté ce vendredi matin devant la justice, qui lui a signifié le mandat d'arrêt européen émis contre lui à Madrid, et a décidé de le maintenir en liberté sous contrôle judiciaire. ©REUTERS

Carles Puigdemont a été auditionné par un juge d'instruction, alors qu'un nouveau mandat d'arrêt européen avait été lancé contre lui, lundi, par la justice espagnole. Il est ressorti libre, mais sous contrôle judiciaire.

L'ancien président de la Catalogne a été entendu par un juge d'instruction ce vendredi matin. Carles Puigdemont a expliqué s'être présenté à la police puis s'être fait conduire devant un juge belge.

Le président Puigdemont a plaidé son immunité en tant que membre du Parlement européen.
Les services de Carles Puigdemont

Pour rappel, un mandat d'arrêt européen, le troisième, avait été lancé à son encontre lundi dernier par la justice espagnole. Ce mandat ne peut être considéré par le parquet comme tel, il faut qu'il soit traduit dans une des trois langues nationales ou en anglais. Les procureurs belges devront déterminer si la condamnation de Carles Puigdemont pour sédition en Espagne peut être juridiquement reconnue en Belgique, ce qui permettrait l'exécution du mandat. Rappelons que la justice belge a considéré en 2018 qu'il ne pouvait pas être exécuté.

Sous contrôle judiciaire

Face au juge, Carles Puigdemont s'est officiellement opposé à son extradition vers l'Espagne, ont indiqué ses services. "Le président Puigdemont a plaidé son immunité en tant que membre du Parlement européen." Suite à son audition, Carles Puigdemont a pu ressortir libre, mais sous contrôle judiciaire.

Quelles sont les conditions? En cas de voyage, il devra le signifier au juge d'instruction, notamment. Le leader catalan a été libéré "sans caution, avec la possibilité de quitter la Belgique avec la permission" du juge, mais devra rester "disponible" pour répondre à toute convocation.

Le parquet a communiqué que Puigdemont comparaîtra devant la chambre du conseil le 29 octobre

Pour rappel, Carles Puigdemont avait été l'instigateur du référendum interdit du 1er octobre 2017, qui avait conduit à une déclaration d'indépendance infructueuse de la Catalogne.

9 responsables catalans condamnés en Espagne

Cette tentative avortée de sécession a mené à la condamnation, en début de semaine, par la Cour suprême espagnole de neuf responsables séparatistes. Des condamnation allant jusqu'à 13 années de prison qui ont généré de nombreuses manifestations et violences dans cette région du nord-est de l'Espagne. Notons que, jeudi, le président de la Catalogne, Quim Torra, a proposé un nouveau vote sur l'indépendance de la Catalogne.

Lire également

Publicité
Publicité