Publicité

Carles Puigdemont autorisé à retourner en Belgique

Des députés catalans ont manifesté, vendredi à Bruxelles, pour demander la libération de Carles Puigdemont. ©EPA

Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont, arrêté jeudi en Sardaigne, a été libéré en attendant une décision sur son extradition.

Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont, arrêté jeudi soir en Sardaigne, a été libéré en attendant une décision sur son extradition, a annoncé son avocat vendredi après une audience devant la justice italienne. Son avocat belge, Paul Bekaert, nous avait confié peu avant cette annonce sa "surprise" que son client ait été arrête et que l'Espagne demande son extradition.

L'avocat de Carles Puigdemont, Paul Bekaert. ©REUTERS

"Quand j'ai appris l'arrestation de Carles Puigdemont, j'ai été surpris parce que l'Espagne avait promis devant la Cour européenne de suspendre l'exécution du mandat d'arrêt européen en attendant que le juge se prononce", a-t-il dit. Paul Bekaert se préparait, lors de notre entretien, à introduire une requête en urgence pour demander à la justice européenne la libération immédiate de Puigdemont.

La Cour suprême espagnole a demandé vendredi à la justice italienne l'extradition de Carles Puigdemont. S'il est extradé, il devra comparaître devant la justice et s'exposera à une lourde peine de plusieurs années de prison, comme celles auxquelles 9 autres indépendantistes ont été condamnés pour leur rôle dans la crise de 2017. Depuis lors, ils ont été graciés. Mais Madrid veut obtenir la condamnation de leur leader.

Mandat d'arrêt européen

Carles Puigdemont, exilé en Belgique depuis 2017 après avoir déclaré l'indépendance de la Catalogne, fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen pour "sédition" et "détournements de fonds publics". Il était devenu député européen en 2019, ce qui lui permettait d'échapper à la justice espagnole.

Son immunité parlementaire avait été levée en mars dernier par le Parlement européen. Carles Puigdemont avait ensuite introduit un recours auprès de la Cour de justice européenne contre cette décision. La juridiction européenne n'a toujours pas tranché.

"L'Espagne avait promis"

L'avocat belge n'en revient pas. "La Cour avait estimé qu'il n'était pas nécessaire qu'elle suspende la levée d'immunité car l'Espagne s'était engagée à ne pas réclamer son arrestation", dit Paul Bekaert.

Madrid, apparemment, ne se souvient pas de sa promesse et réclame son extradition. "Ce que doit faire Carles Puigdemont, c'est comparaître et se soumettre à la justice", a déclaré le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

Le Catalan est désormais libéré sous conditions et autorisé à retourner en Belgique, avec la promesse de se présenter devant le tribunal italien le 4 octobre prochain.

L'ancien président de la Catalogne, âgé de 58 ans, a été interpellé par la police italienne à la descente de son avion à l'aéroport d'Alghero alors qu'il était arrivé en Sardaigne pour assister à un festival folklorique catalan et rencontrer le président de la région.

Paul Bekaert pense que l'Italie n'était pas correctement informée de la situation. "Il est très probable que la police italienne ne soit pas au courant de ce qui s'est passé devant la justice européenne", précise-t-il.

Extradition

Le Catalan est désormais libéré sous conditions et autorisé à retourner en Belgique, avec la promesse de se présenter devant le tribunal italien le 4 octobre prochain. La décision sur son extradition pourrait prendre "des semaines", selon son avocat. Carles Puigdemont devrait être lundi à Bruxelles pour assister à un débat parlementaire.

"Il y a en Europe une mentalité contre les minorités, contre les Catalans, les Écossais, les Flamands, les Corses..."
Paul Bekaert
Avocat de Carles Puigdemont

Une procédure d'extradition a été également été introduite en Belgique. La justice belge avait suspendu sa décision dans l'attente du jugement de la Cour européenne sur la levée d'immunité. Arrêté en Allemagne, Puigdemont avait évité de justesse l'extradition.

Paul Bekaert est remonté. "Les indépendantistes ne sont pas les bienvenus en Europe. Le Parlement européen a déjà voté contre Puigdemont. L'Allemagne l'a presque extradé", dit-il."Il y a en Europe une mentalité contre les minorités, contre les Catalans, les Écossais, les Flamands, les Corses. Nous sommes dans une Europe des nations du 19e siècle, qui rejette les minorités. Et cette Europe-là est en train de mourir", dit-il.

Le résumé

  • Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont, arrêté en Sardaigne jeudi soir lors d'un voyage, a été libéré vendredi. Il doit maintenant attendre que l'Italie se prononce sur la demande d'extradition introduite par le gouvernement espagnol.
  • Carles Puigdemont, devenu eurodéputé en 2019, vit en exil en Belgique depuis que la justice espagnole le poursuit pour avoir organisé en 2017 un référendum sur l'indépendance de la Catalogne.
  • Le Catalan, s'il est extradé d'Italie vers l'Espagne, risque une lourde peine de prison.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés