"Ce pont a toujours créé des problèmes"

©REUTERS

L’effondrement du viaduc de Gênes a causé la mort d’une quarantaine de personnes. Après la stupeur, vient la recherche des coupables. Le "viaduc malade" ne serait pas le seul dans cet état.

Dans la vidéo amateur qui passe en boucle en Italie, on voit la ville de Gênes sous une pluie battante, puis un tronçon du pont autoroutier Morandi s’écrouler sur lui-même alors que la voix pétrifiée d’un homme répète inlassablement: "Mon Dieu, oh! mon Dieu…"

Une partie du viaduc mesurant plus d’un kilomètre, portion de l’Autoroute A 10, dénommé aussi "le pont de Brooklyn" en raison de son profil majestueux, n’est plus. Presque deux cents mètres de béton se sont écroulés mardi matin, s’affaissant dans un nuage de poussière sur une zone industrielle de la ville.

"Les responsables seront pleinement sanctionnés."
Danilo Toninelli
Ministre italien des Infrastructures et des Transports

Une trentaine de voitures et plusieurs camions sont tombés dans le vide, faisant une chute d’environ 45 mètres et s’écrasant sur des entrepôts et des maisons se trouvant sous le viaduc. Pompiers, carabiniers et équipes cynophiles ont travaillé sans répit, jour et nuit, pour sauver les victimes se trouvant sous les décombres. Néanmoins, le gouvernement italien fait aujourd’hui état d’au moins 39 morts, dont trois enfants, et une quinzaine de blessés graves.

"Il s’agit d’une tragédie gigantesque et d’une douleur immense. Les responsables seront pleinement sanctionnés", a immédiatement déclaré le ministre des Infrastructures et des Transports, Danilo Toninelli, qui n’hésite pas à évoquer la possible responsabilité des autorités compétentes qui, selon lui, n’auraient vraisemblablement pas mené, ces dernières années, les travaux d’entretien adéquats.

Axe névralgique

Depuis son inauguration, en 1967, le pont Morandi était, en effet, dénommé "le viaduc malade" en raison de ses fragilités structurelles. Or de récents travaux d’entretien auraient ultérieurement fragilisé cette immense infrastructure, mesurant 1.183 mètres de longueur et soutenue par trois piliers en béton armé de 90 mètres.

©REUTERS

Toutefois, les très mauvaises conditions atmosphériques des derniers jours – des passants disent même avoir vu la foudre s’abattre sur le viaduc juste avant son effondrement – ainsi que l’augmentation incessante de la circulation des poids lourds pourraient aussi partiellement expliquer ce "drame apocalyptique" jusqu’ici inconcevable.

La société Autostrade per l’Italia, gestionnaire du pont, s’est défendue. Dans un communiqué, cette filiale du groupe Atlantia (contrôlé par la famille Benetton) affirme que le pont Morandi faisait l’objet de contrôles trimestriels, ainsi que l’exige la loi. Des vérifications supplémentaires au moyen d’équipements sophistiques ont été menées et des experts extérieurs consultés, ajoute l’entreprise. Lors d’une conférence de presse, le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a annoncé la révocation immédiate de la concession à la société Autostrade per l’Italia. "Nous ne pouvons pas attendre les temps de la Justice", a-t-il déclaré.

"On nous répète inlassablement qu’il y a des contraintes européennes et budgétaires à respecter."
Matteo salvini
Ministre italien de l’Intérieur

"Malgré tous les travaux d’entretien menés, ce pont a toujours créé des problèmes. Tout le monde le savait. Tous les ponts construits en béton dans les années 50 et 60 sont aujourd’hui potentiellement en danger", révèle à la presse italienne Settimo Martinello, directeur général de la société 4 Emme, chargée de l’inspection et de l’évaluation des infrastructures nationales.

Reliant la ville de Gênes à son port ainsi qu’à la frontière française, cet axe névralgique, possédant deux voies de circulation de chaque côté du pont, ne pouvait pourtant pas être fermé. De même, la morphologie étriquée de la principale ville de la Ligurie, une "cité oblique" construite tout en hauteur au bord de la mer, explique le singulier et parfois inquiétant enchevêtrement de quartiers habités, voies ferrées et de gros axes routiers.

©Photo News

Accusant directement Autostrade per l’Italia de l’effondrement du viaduc, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a, de même, profité des circonstances, pour nourrir son habituelle rhétorique souverainiste. "On nous répète inlassablement qu’il y a des contraintes européennes et budgétaires à respecter. Or, il faut remettre au cœur du débat national le droit à la sécurité des Italiens", a-t-il expliqué.

La Commission européenne n’a pas manqué de répliquer. Pour la période 2014-20, l’Italie a accès à 2,5 milliards d’euros de fonds européens, a-t-elle précisé, ajoutant qu’en avril, elle avait "approuvé un plan d’investissement pour les autoroutes italiennes, qui permettra d’investir 8,5 milliards d’euros, y compris dans la région de Gênes".

"Si la concession est révoquée avant terme, Autostrade a droit à une indemnisation"

La société italienne Atlantia déclare que la façon dont le gouvernement italien a annoncé la révocation de la concession autoroutière de sa filiale Autostrade à la suite de l'effondrement du viaduc à Gênes était de nature à nuire à ses actionnaires.

Le président du Conseil italien Giuseppe Conte a annoncé mercredi à l'issue d'une réunion du conseil des ministres que le gouvernement n'attendrait pas les conclusions de l'enquête judiciaire sur cet effondrement avant de retirer Autostrade de son permis.

Atlantia, qui avait précédemment déclaré qu'elle remplissait correctement toutes ses obligations d'entretien de l'autoroute, affirme que cette annonce est intervenue avant qu'elle ne reçoive une plainte officielle et avant que les causes de la catastrophe ne soient établies.

Si la concession est révoquée ou résiliée avant terme, Autostrade a droit à une indemnisation, a déclaré sa maison mère. Or, "les modalités d'une telle annonce peuvent avoir un impact sur les actionnaires et les détenteurs d'obligations d'Atlantia", indique Atlantia.

L'action Atlantia perdait plus de 25% jeudi matin à la Bourse de Milan, après avoir été suspendu près d'une heure. 


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect