Climat: le parlement européen en veut plus

©Photo News

Le parlement européen veut amender les objectifs climatiques de la Commission européenne sur le climat. Les députés veulent des objectifs contraignants pour chaque pays, une part du renouvelable de 30% dans le mix énergétique et un objectif d'efficacité énergétique de 40%.

Les députés européens ont fait savoir ce mercredi que les propositions de la commission européenne en matière climatique sont insuffisantes à leurs yeux. Ils veulent des objectifs contraignants pour chaque pays en matière de lutte contre le changement climatique contre un objectif européen global pour l'Union proposé par la Commission.

Dans sa résolution adoptée par 341 voix pour, 263 voix contre et 26 abstentions, "le Parlement appelle la Commission et les pays de l'UE à fixer des objectifs européens à l'horizon 2030 afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l'UE d'au moins 40% par rapport aux niveaux de 1990. Le texte demande par ailleurs un objectif d'efficacité énergétique de 40%, conformément au potentiel d'économies d'énergie, et une augmentation à 30% minimum de la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique finale", communique l'hémicycle strasbourgeois.

Le parlement demande donc, en d'autres termes, d'aller plus loin que les propositions formulées par la commission dans son paquet 2030. Argumentant que, ses objectifs climatiques étaient réalistes, la Commission a proposé certes 40% de réductions de gaz à effet de serre d'ici 2030 mais seulement 27% de part des énergies renouvelables. Elle n'a pas chiffré l'effort à fournir en matière d'économies d'énergie.


Ne pas froisser les États membres

La Commission s'était aussi abstenue de demander des objectifs contraignants pays par pays craignant de frustrer certains États membres. Une considération qui n'a pas retenu les députés européens. "ces objectifs devraient être contraignants et mis en œuvre par le biais d'objectifs nationaux individuels, en prenant en compte la situation et le potentiel de chaque État membre", communique le parlement.

Le texte devra encore passer au Conseil européen en mars où les décisions sont prises par consensus et où des pays comme la Pologne feront tout pour diluer les propositions de la Commission.

D'ailleurs, si le parlement européen en demande davantage, de grosses dissensions sont apparues en séance.

Dissensions

"Ce résultat n'est pas satisfaisant. Nous promettons aux Européens et à l'industrie de l'UE que cette nouvelle politique climatique sera réaliste, flexible et efficace. Ce sont des suppositions. Cependant, doubler l'objectif de réduction des émissions après 2020 n'est pas réaliste. Cela affaiblira la compétitivité de l'industrie européenne", a ainsi affirmé le co-rapporteur de la commission de l'industrie, le polonais Konrad Szymański (ECR), qui a retiré son nom du rapport.

"Adopter aujourd'hui ces objectifs avant les négociations de Paris en 2015 est une erreur. Nous ne devrions pas dévoiler toutes nos cartes dès maintenant. Des objectifs contraignants sur les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique ne sont pas des dispositions souples. De plus, nous savons que les États membres et les divers secteurs ont des capacités différentes", a-t-il ajouté.

L'autre co-rapporteur, la Belge Anne Delvaux (qui a récemment appris qu'elle ne tirerait pas la liste cdH à l'Europe) insiste pour sa part que "si nous voulons réduire nos importations d'énergie, nous devons produire davantage en Europe, en utilisant mieux et de manière plus efficace nos ressources [...] si nous disposons d'une combinaison énergétique élargie avec une efficacité énergétique accrue, nous pourrons mieux réduire nos émissions de gaz à effet de serre, encourager les nouvelles technologies et l'innovation, créer des emplois, et rendre nos économies plus vertes. C'est pourquoi nous avons besoin de trois objectifs contraignants"

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés