Comment les nazis ont rendu possible Apollo XI

©BELGAIMAGE

Sans le concours de Wernher von Braun, exfiltré en 1945, jamais les Américains n’auraient réussi l’alunissage en 1969.

Lorsqu’ils s’enfoncent dans les montagnes du Harz en 1945, les Alliés sont ahuris par ce qu’ils découvrent. C’est là en effet que Wernher von Braun et son équipe ont caché leurs découvertes scientifiques en vue de négocier leur reddition auprès des Américains. L’épopée de l’exfiltration des savants allemands et leur reconversion au sein de la Nasa est racontée par Hugues Wenkin, historien et ingénieur en aéronautique.

Comment les Allemands ont-ils pu développer un tel savoir-faire en si peu de temps?

Dès avant 1914, ils pouvaient s’appuyer sur d’excellentes écoles d’ingénieurs. S’ajoutent à cela des moyens financiers astronomiques alloués par le régime nazi pour mettre en œuvre les programmes de Peenemünde.

Quand les Américains ont-ils décidé de mettre la main sur von Braun et son équipe?

Dès avant le débarquement. Ils avaient un accord avec les Britanniques pour partager le savoir transféré, mais au final, ils n’ont pas joué le jeu. Un moment, la Royal Navy a même organisé le blocus du port d’Anvers pour empêcher le départ des V2 capturées vers les Etats-Unis.

Comment von Braun s’est-il arrangé pour se faire exfiltrer?

Disposant de compétences indispensables aux Américains, il a directement négocié avec la CIA. Il n’avait pas le choix, car les nazis avaient prévu de fusiller tous les savants Peenemünde pour que les armes secrètes ne puissent tomber entre les mains des Américains. Sachant que ses connaissances avaient une valeur marchande et afin de sauver sa peau, il avait caché ses plans et du matériel dans le Harz.

Pourquoi von Braun n’a-t-il jamais été inquiété par la suite?

Dans un premier cas, les Américains l’ont caché et utilisé pour leurs programmes de missiles balistiques. Ces programmes militaires n’avaient pas la même visibilité que le programme spatial. Après 1969, von Braun bénéficiait d’un statut de héros de la nation américaine. Jusqu’à ce que des anciens déportés de Dora, principalement des Français, ne réagissent lorsqu’ils ont vu von Braun poser dans les magazines. Il est décédé d’un cancer du foie peu après, en 1977. Son adjoint Arthur Rudolph perdra sa nationalité américaine en 1984. La réaction de l’officier du FBI en charge du dossier Rudolph est éloquente lorsqu’il affirma que c’était "une chance" que von Braun soit mort.

Von Braun était-il un criminel de guerre?

Von Braun était responsable de la base de Peenemünde qui employait de la main-d’œuvre concentrationnaire. Mais je ne pense pas qu’il ait été un nazi convaincu. Il voulait gagner la guerre pour l’Allemagne. Pour mener à bien un projet d’une telle ampleur, il fallait s’assurer le soutien du parti nazi. Vu le potentiel de ces fusées, les SS ont voulu faire main basse sur ce projet initialement porté par l’armée de terre. Von Braun s’était fait piéger par Himmler en acceptant un grade honorifique au sein de la SS. Himmler ira jusqu’à l’incarcérer brièvement pour lui mettre la pression. Speer, lui, a été plus malin en refusant tout grade au sein de la SS. Von Braun est un criminel de guerre mineur, mais un criminel de guerre quand même qui aurait mérité de purger quelques années de prison. Comme souvent, tout n’est pas blanc ou noir. Ici, on est plutôt dans le gris foncé.

Ces armes auraient-elles pu inverser le cours de la guerre?

Peut-être, si toutefois elles avaient été utilisées à un moment bien précis. Les Allemands savaient que les V1 n’étaient pas assez précises pour effectuer des frappes tactiques. C’est pourquoi ces engins ont été utilisés pour frapper Londres, qui est une ville très étendue. En juin et juillet 1944, les Alliés nourrissaient de grandes craintes quant à la solidité de leur tête de pont en Normandie. Si les Allemands avaient lancé leurs fusées sur Southampton, ils auraient pu mettre à mal et retarder les plans alliés mais sans pour autant changer l’issue du conflit.

"De la terreur à la lune", Hugues Wenkin, éditions Weyrich, 232 p., 29,90 euros

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect