Coronavirus: il faut trouver le patient zéro

L'Italie tente d'endiguer la contagion grâce à un cordon sanitaire instauré autour de onze communes du Nord considérées comme le foyer de l'épidémie.

Qui est donc le patient zéro? C'est une véritable énigme en Italie. La réponse à cette question permettrait de mieux réagir pour contenir le virus Covid-19 qui a déjà touché plus de 220 personnes dans le nord du pays.

L'Italie est le pays le plus touché par le coronavirus en Europe et le troisième au monde après la Corée du Sud et la Chine. Il y a déjà sept morts, tous survenus dans le nord du pays.

Mais comment le coronavirus a-t-il atteint l'Italie? C'est une énigme.

Trois pistes

En Lombardie, où l'on dénombre déjà cinq morts, le patient n°1 est connu, il se nomme Mattia. Il a contaminé sa femme enceinte de 8 mois et d'autres proches, ainsi que du personnel médical l'ayant examiné ou soigné, puis des patients et proches de ceux-ci. La gestion "pas complètement appropriée" de l'hôpital où il a été reçu a d'ailleurs été mise en cause par le Premier ministre italien. 

Mais Mattia, comment a-t-il lui-même été contaminé? Mystère. Il faut donc trouver le patient zéro, celui qui a amené le virus d'Asie et continue peut-être de le répandre autour de lui.

Trouver le patient zéro est essentiel car cela nous permettra de reconstruire la chaîne de contacts et les éventuelles contagions.
Angelo Borrelli
Protection civile

Évidemment, les autorités sanitaires se penchent sur l'histoire de ce patient n°1. Qu'a fait Mattia, un cadre de 38 ans actuellement en soins intensifs ces dernières semaines? Il a notamment dîné fin janvier avec un de ses amis manager récemment rentré de Chine. Une piste? Oui, mais qui n'aboutit à rien. L'ami n'a pas développé d'anticorps. Il n'a donc pas été en contact avec le virus.

Les recherches continuent. "Il est très important de pouvoir identifier le soi-disant 'patient zéro', c'est pourquoi nous avons mis en place un cordon sanitaire très solide. Le trouver est essentiel, car cela nous permettra de reconstruire la chaîne de contacts et les éventuelles contagions", explique le chef de la Protection civile Angelo Borrelli.

Dans la région de Vo' Euganeo en Vénétie, second foyer d'infection en Italie du Nord, on cherche aussi le patient zéro. On a cru le trouver. Huit Chinois fréquentaient le même bar qu'un maçon de 78 ans, décédé vendredi. Mais ici non plus, les tests ne sont pas concluants.

7
décès
L'Italie enregistre déjà sept décès dus au coronavirus, dont cinq en Lombardie

Il y a bien une autre piste, qui pourrait expliquer la contamination tant en Lombardie qu'en Vénétie: un agriculteur de 60 ans, originaire d'Albettone, en Vénétie, avait appelé la pharmacie de Vo' Euganeo, à 15 km de chez lui, se plaignant de symptômes de grippe. Or, il fréquentait régulièrement les bars de Vo' Euganeo... et s'était rendu ces dernières semaines dans certains lieux de la région de Lodi, au sud de Milan et notamment à Codogno, foyer épidémique lombard. Les tests sont en cours. 

Comment enquêter?

Remonter à l'origine de la contamination et tracer la route de celle-ci permettrait de prendre les mesures nécessaires pour protéger la population là où c'est nécessaire. 

L'enquête ne se mène pas que sur le terrain. Des mathématiciens, physiciens et médecins tentent de trouver l'algorithme qui permettrait, en croisant différentes données, de découvrir la probabilité que chaque patient ou l'un de ses proches soit le "patient zéro".

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés