Coup d'accélérateur de la reprise en zone euro

©Thierry du Bois

L'activité privée de la zone euro a nettement progressé en janvier, l'indice PMI composite enregistrant son plus haut niveau depuis juin 2011 à 53,2 points. Ce chiffre signale une accélération de la reprise économique, souligne le cabinet Markit.

L'activité privée de la zone euro a nettement progressé en janvier, l'indice PMI composite enregistrant son plus haut niveau depuis juin 2011 à 53,2 points, selon une première estimation publiée jeudi par le cabinet Markit.

Ce chiffre signale une accélération de la reprise économique, souligne le cabinet Markit. Il s'agit de sa septième hausse mensuelle consécutive. Lorsque celui-ci dépasse les 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se replie s'il est en-dessous de ce seuil.

"La reprise de la zone euro continue de s'intensifier en janvier. La hausse de l'indice PMI permet de miser sur une croissance du PIB de la région de l'ordre de 0,4 à 0,5% au premier trimestre", note Chris Williamson, chef économiste de Markit.

Par secteur, c'est toujours l'activité manufacturière qui mène la reprise, avec une progression de la production manufacturière, du volume des nouvelles commandes et des nouvelles commandes à l'export pour le septième mois consécutif. Elle enregistre sa plus forte expansion mensuelle depuis avril 2011.

Dans les services, l'activité progresse également, mais plus modérément même si le secteur enregistre sa deuxième plus forte expansion mensuelle depuis juin 2011.

 

Démarrage en trombe en Allemagne

 Le secteur privé allemand a connu en janvier sa plus forte croissance depuis juin 2011, à la faveur d'une hausse des entrées de commandes. L'indice PMI composite, qui combine l'industrie et les services et couvre plus des deux tiers de l'économie, a atteint 55,9 dans sa version préliminaire pour ce mois-ci, contre 55,0 en décembre, dépassant pour le neuvième mois consécutif la barre de 50 qui sépare croissance et contraction.

L'indice du secteur manufacturier a grimpé à un plus haut depuis mai 2011 de 56,3, contre 54,3 en décembre, marquant un septième trimestre consécutif de croissance et dépassant nettement le consensus Reuters (54,6).

Dans les services, l'indice a progressé légèrement à 53,6 contre 53,5, sans atteindre le consensus qui était à 54,0.

"La croissance trimestrielle allemande, que l'on peut estimer à 0,6 ou 0,7%, devrait en effet compenser l'état stationnaire de l'économie française", précise note encore le chef économiste de Markit, notant que pour leur part, "les pays de la périphérie commencent l'année 2014 sur des bases solides".

 

Contraction moindre en France

L'indice PMI sur l'activité globale en France s'est redressé à 48,5 dans sa version 'flash' au mois de janvier, contre 47,3 en décembre, indiquant que le recul de l'activité a tendance à ralentir dans le secteur privé en ce début d'année 2014.

Le PMI indique néanmoins un repli de l'activité pour le troisième mois consécutif.

Dans les services, l'indice de l'activité est remonté à 48,6 en janvier, contre 47,8 en décembre.

Dans l'industrie manufacturière, l'indice PMI s'est établi à 48,8 points ce mois-ci, à comparer avec 47 en décembre.

"La conjoncture reste morose dans le secteur privé français, l'activité continuant en effet de reculer en janvier, à un rythme toutefois moins soutenu qu'en décembre", commence Jack Kennedy, économiste chez Markit.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés