Publicité

Couvre-feu et pass sanitaire: la Roumanie tente de freiner la reprise du Covid

Un patient aux soins intensifs de l'hôpital Bagdasar-Arseni dans la capitale Bucarest. ©via REUTERS

Un couvre-feu nocturne entrera en vigueur lundi en Roumanie pour lutter contre l'épidémie de COVID-19 qui place le système hospitalier au bord de la rupture, alors que le pays affiche l'un des taux de vaccination les plus faibles de l'Union européenne.

En plus du confinement nocturne, la présentation d'un passeport sanitaire sera également obligatoire à compter de cette date pour pénétrer dans la plupart des lieux publics, a déclaré le gouvernement par intérim au terme d'une réunion vendredi soir. Les écoliers roumains seront également en vacances pendant deux semaines.

Les nouvelles mesures de restriction seront appliquées pour une période de 30 jours. Les déplacements seront restreints à partir de 22h00 et les magasins et restaurants devront fermer une heure plus tôt. Le port du masque sera également obligatoire dans les lieux publics et les mariages et autres événements privés seront interdits.

La Roumanie a enchaîné ce mois-ci des records quotidiens de décès dus au Covid et de contamination par le coronavirus SARS-CoV-2.

"Nous sommes dans cette situation alors que nous avons le vaccin, parce que la majorité d'entre nous refuse d'être vaccinée. C'est une situation que nous pourrions éviter."
Raed Arafat
Secrétaire d'Etat au ministère de l'Intérieur

"Nous sommes dans une situation catastrophique", a expliqué le secrétaire d'Etat au ministère de l'Intérieur Raed Arafat. "Nous sommes face à ce que d'autres pays ont connu quand il n'y avait aucune arme disponible, à savoir le vaccin." "Nous sommes dans cette situation alors que nous avons le vaccin, parce que la majorité d'entre nous refuse d'être vaccinée. C'est une situation que nous pourrions éviter."

Un peu plus d'un tiers de la population roumaine adulte bénéficie à ce jour d'un schéma vaccinal complet. Le nombre de vaccinations a cependant progressé cette semaine, alors que les médias diffusent des images d'hôpitaux surchargés. Vendredi, plus de 86.000 personnes ont reçu une première dose de vaccin, un record pour ce pays de 19 millions d'habitants.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés