Covid-19: crainte d'un cluster aux JO, les mesures se multiplient en Europe

Arrivée d'athlètes australiens à Tokyo qui seront immédiatlement soumis à un test de dépistage. ©REUTERS

Avec le variant Delta et l'assouplissement des mesures pour la saison estivale, les gouvernements craignent un nouvel emballement de l'épidémie qui pourrait forcer un nouveau tour de vis à la rentrée. Les premiers cas de Covid-19 parmi les sportifs au village olympique ont été détectés.

Un casse-tête s'annonce pour les Jeux Olympiques de Tokyo, confrontés dimanche à un premier foyer de contamination au Covid-19, tandis que les pays européens tente de contenir un rebond attendu de l'épidémie.

Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo ont en effet annoncé dimanche de premiers cas de contaminations parmi les sportifs résidant au village des athlètes au moment même où celui-ci commence à se remplir à quelques jours du début de la compétition.

Hébergés au village des athlètes situé dans le quartier de Harumi en bord de mer, deux joueurs de l'équipe sud-africaine de football, ainsi qu'un membre de l'encadrement, installés dans le Village olympique des JO-2020 ont été testés positifs au Covid-19, a annoncé dimanche le Comité olympique sud-africain (SASCOC).

"Trois membres de la délégation de l'équipe sud-africaine de football ont fait l'objet d'un contrôle positif au Covid-19 et sont à l'isolement dans un établissement adéquat de Tokyo."
Le Comité olympique sud-africain (SASCOC)

Dans la matinée de dimanche, le comité d'organisation Tokyo 2020 avait annoncé que trois personnes, deux sportifs et un membre de l'encadrement d'un même pays et du même sport, avaient été testés positifs au coronavirus, sans donner d'autres informations.

L'Afrique du Sud fait partie du groupe de la France, du Japon et du Mexique dans le tournoi messieurs des JO 2020.

Le comité olympique sud-africain précise par ailleurs qu'un quatrième membre de la délégation sud-africaine, un entraîneur de rugby à VII, a également été placé à l'isolement suite à un test positif au Covid-19 réalisé à Kagashimo où l'équipe est en stage de préparation.

Les taux d'infection augmentent par ailleurs à Tokyo et de nombreux Japonais s'opposent à la tenue des Jeux olympiques et à l'afflux de visiteurs étrangers qu'ils impliquent.

Crainte de contaminations en cascade

Ce premier foyer au sein du Village olympique illustre la crainte de contaminations en cascade, mettant à l'épreuve les mesures anti-Covid préparées depuis des mois.

L'Union européenne, elle, espère que le récent durcissement des mesures sanitaires dans certains Etats membres portera ses fruits face au virulent variant Delta, et peut au moins se réjouir sur un point: avoir dépassé les Etats-Unis pour le taux de population ayant reçu au moins une dose de vaccin.

Longtemps à la traîne sur la vaccination, "l'UE a aujourd'hui vacciné une plus grande part de sa population en première dose que les Etats-Unis (55,5%/55,4%)", a affirmé le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, sur Twitter. "On continue, on accélère!", a-t-il ajouté.

Il n'empêche, les pays européens, où un fort rebond de l'épidémie est attendu dans les prochaines semaines, tentent d'en contenir la propagation, avec le durcissement des conditions d'accès en France et au Royaume Uni.

En Grèce, Mykonos, l'île de la fête, a cessé de danser au lendemain de l'imposition d'un couvre-feu nocturne similaire en Catalogne.

La France impose désormais des tests du Covid-19 de moins de 24 heures aux voyageurs non vaccinés en provenance du Royaume-Uni, de l'Espagne, du Portugal, de Chypre, de la Grèce et des Pays-Bas. Jusqu'à présent des tests de 72 heures étaient acceptés, sauf pour ceux venant du Royaume Uni qui devaient présenter un test de moins de 48H.

Alors que les contaminations grimpent rapidement sous l'effet du variant Delta, la France a aussi élargi sa liste des pays "rouges" à de nouveaux pays: la Tunisie, le Mozambique, Cuba et l'Indonésie.

Inquiet de la "présence persistante" en France du variant Beta, identifié pour la première fois en Afrique du Sud, le gouvernement britannique a lui décidé de soumettre ceux qui en viennent à une quarantaine, même s'ils sont vaccinés.

 "Un message très confus"

Ce variant est présent dans le territoire français d'outre-mer de La Réunion, mais très minoritaire en métropole. Il figure parmi les quatre variants dits inquiétants recensés par l'OMS, aux côtés d'Alpha, Gamma et Delta.

"On enlève toutes les mesures barrières le 19 juillet et en revanche on met en quarantaine les Anglais ou résidents doublement vaccinés qui reviennent de France", s'étonne le Dr Maud Lemoine, consultante en hépatologie à l'hôpital St Mary de Londres, jugeant que cela envoie un "message très confus aux gens".

Pour le professeur John Edmunds, membre du Groupe de scientifiques (Sage) conseillant le gouvernement britannique, les ministres ont raison de s'inquiéter du variant Beta en raison de sa résistance aux vaccins.

La Grèce a, elle, imposé samedi un couvre-feu entre 1h et 6h du matin et d'autres restrictions sur l'île touristique de Mykonos, connue pour ses nuits festives.

Elle embraye le pas de la touristique région espagnole de Catalogne espagnole, qui a rétabli vendredi un couvre-feu aux mêmes heures, pour une semaine, dans la plupart de ses localités, dont Barcelone, touchant huit millions de personnes.

L'agence européenne chargée des maladies prévoit un fort rebond du nombre de cas de Covid-19 dans les prochaines semaines, avec près de cinq fois plus de nouveaux cas d'ici au 1er août.

Avec le variant Delta et l'assouplissement des mesures pour la saison estivale, les gouvernements craignent un nouvel emballement de l'épidémie qui a déjà fait 4 millions de morts dans le monde et qui pourrait forcer un nouveau tour de vis à la rentrée.

L'agence européenne chargée des maladies prévoit un fort rebond du nombre de cas de Covid-19 dans les prochaines semaines, avec près de cinq fois plus de nouveaux cas d'ici au 1er août. Le nombre d'hospitalisations et de décès devrait toutefois augmenter moins vite, selon l'ECDC, grâce notamment à la campagne vaccinale.

L'accélération de la vaccination a permis au Brésil, un des pays les plus endeuillés avec plus d'un demi-million de morts du Covid-19, de connaître depuis quelques semaines une amélioration de la situation épidémique. Le nombre moyen de décès s'y est élevé au cours de la semaine écoulée à 1.252, contre près de 3.000 début avril, au plus fort de la deuxième vague.

En revanche, dans le Pacifique, les autorités australiennes ont ordonné samedi de nouvelles restrictions, fermant davantage de commerces à Sydney, plusieurs semaines de confinement ne parvenant pas à empêcher une recrudescence de la pandémie.

 Des robots à La Mecque

Aux Etats-Unis, qui avaient pris de l'avance, la campagne de vaccination s'enlise, échouant à convaincre les plus récalcitrants, et l'objectif de 70% des adultes ayant reçu au moins une dose du vaccin au 4 juillet, le jour de la fête nationale, n'a pas été atteint.

"Les groupes technologiques ont laissé la désinformation polluer notre environnement", a accusé vendredi Vivek Murthy, le médecin en chef des Etats-Unis, en leur réclamant d'agir "rapidement et avec constance contre les plus grands diffuseurs" de fausses informations.

Outre les lieux touristiques, les grands rassemblements font craindre un emballement de l'épidémie.

Cela a suscité une passe d'armes entre le président américain Joe Biden, et Facebook, qu'il a accusé de "tuer des gens". La plate-forme de Mark Zuckerberg a répliqué en assurant qu'en transmettant les informations des autorités sur les vaccins, elle avait aidé "à sauver des vies. Un point c'est tout".

Outre les lieux touristiques, les grands rassemblements font craindre un emballement de l'épidémie. A une semaine du début des Jeux olympiques de Tokyo, les organisateurs ont annoncé samedi un premier cas de Covid-19 recensé au sein du village olympique.

Et Covid oblige, le pélèrinage annuel de La Mecque s'est ouvert samedi, mais restreint à un quota de 60.000 participants, uniquement des saoudiens et étrangers résidents dans le royaume dûment vaccinés, bien loin des quelque 2,5 millions venus du monde entier en 2019.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés