Covid-19: de nouvelles mesures dans plusieurs pays européens

Le niveau de transmission du Covid-19 est alarmant en Europe, selon l'OMS. ©REUTERS

Face à la résurgence inquiétante du nombre de contaminations au Covid-19, plusieurs pays européens adoptent de nouvelles mesures restrictives.

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 augmente en Europe et est désormais supérieur à ceux de mars et avril, avertit Hans Kluge, directeur de la branche Europe de l'Organisation mondiale de la Santé. Des chiffres qui, selon lui, devraient "servir d'alarme".

Plusieurs pays européens ont d'ores et déjà pris les devants, en adoptant de nouvelles mesures sanitaires afin d'endiguer l'épidémie. C'est notamment le cas en Espagne, où les autorités de la région de Madrid ont reconnu être dépassées par la "résurgence galopante" de l'épidemie. Ces deux dernières semaines, le nombre de nouveaux malades a grimpé en flèche dans les quartiers et villes les plus modestes du sud de la capitale, où l'on compte plus de 1.000 nouveaux cas pour 100.000 habitants.

"Il faut tout faire pour contrôler la situation à Madrid."
Salvador Illa
Ministre espagnol de la Santé.

Face à cette situation, les autorités régionales ont annoncé vendredi de nouvelles mesures destinées à restreindre la mobilité et à réduire l'activité dans les zones les plus touchées. "Il faut faire tout ce que l'on peut pour contrôler la situation à Madrid où nous avons le problème le plus important du pays", a déclaré le ministre espagnol de la Santé, Salvador Illa.

France et Angleterre serrent la vis

Les indicateurs se dégradent également dans toute la France où plusieurs grandes villes sont en état d'alerte. C'est notamment le cas à Nice, où la préfecture a annoncé que tout regroupement de plus de dix personnes sera interdit sur les plages mais aussi dans les parcs et jardins de la ville. Les bars seront également fermés entre minuit et 6 heures du matin et la vente d'alcool sera prohibée après 20 heures. Le secteur événementiel est également touché par ces nouvelles mesures, puisque la jauge pour les grands évènements est abaissée à 1.000 personnes. "Les mesures sont certes contraignantes mais n'ont qu'un objectif: protéger nos aînés, ils ont besoin de vous", s'est justifié le préfet Bernard Gonzalez lors d'un point presse.

"La seule manière de s'assurer que le pays puisse profiter de Noël est d'être dur maintenant."
Boris Johnson
Premier ministre britannique.

L'Angleterre fait elle aussi face à une explosion de contaminations, avec près de 3.000 nouveaux cas quotidiens. Vendredi, de nouvelles restrictions entrent en vigueur dans le nord-est du pays. Outre l'interdiction de se rassembler entre différents foyers, les pubs ne pourront fournir qu'un service à table et les lieux de divertissement devront fermer entre 22 heures et 5 heures du matin. "La seule manière de s'assurer que le pays puisse profiter de Noël est d'être dur maintenant", a assuré le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Israël reconfine pour les fêtes

Les autorités israëliennes ont quant à elles décrété un reconfinement généralisé à partir de ce vendredi et pour trois semaines, provoquant la colère d'une partie de la population. Le pays enregistre depuis deux semaines des taux record de contaminations. Entre jeudi soir et vendredi midi, 5.238 nouveaux cas ont été recensés. "Le système de santé a levé le drapeau rouge", a affirmé le Premier ministre Benjamin Netanyahou pour justifier ce second confinement qui intervient à la veille d'importantes fêtes juives.

"Le confinement nuit à la population, à l'économie, il engendre du chômage et des suicides."
Tamir Hefetz
Organisateur de la manifestation anticonfinement.

Les Israéliens ne pourront sortir que pour aller au marché, à la pharmacie ou au travail, s'il s'agit d'une profession essentielle. Au moment où le Premier ministre s'exprimait, des centaines de manifestants se rassemblaient pour protester contre cette décision. "Le confinement nuit à la population et à l'économie, engendre du chômage et des suicides", a déclaré Tamir Hefetz, organisateur de la manifestation. Mais Benjamin Netanyahou a déjà prévenu qu'il n'hésiterait pas à durcir les restrictions si nécessaire.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés