Crise du gaz : "une attaque contre toute l'Union européenne"

Günther Oettinger, Commissaire Européen à l'Energie

D'après la Commission européenne, la réduction des livraisons de gaz russe à la Lituanie concerne l'ensemble de l'Union.

La Commission européenne a estimé mercredi que la réduction des livraisons de gaz russe à la Lituanie constituait une "attaque" contre toute l'UE et exhorté le Bélarus et la Russie à régler "dans les prochains jours" leur différend.

"Ce n'est pas un problème pour un seul pays, c'est une attaque contre toute l'UE", a déclaré le commissaire à l'Energie, l'Allemand Günter Oettinger, au cours d'une conférence de presse.

Les livraisons de gaz à la Lituanie et à l'enclave russe de Kaliningrad via le Bélarus ont encore baissé mercredi, de plus de 40%, a annoncé le PDG de la compagnie nationale lituanienne de gaz, à la suite de la crise qui a éclaté entre Moscou et Minsk.

La raison de ce recul "n'est pas claire", a commenté M. Oettinger, qui entend envoyer dans la région des experts pour mesurer les flux gaziers avec exactitude. "Si les livraisons russes vers le Bélarus sont normales, alors je pense que le gouvernement du Bélarus veut intégrer l'Europe dans ses problèmes et cela ne va pas", a-t-il assené.

Le Bélarus a annoncé mercredi avoir réglé la totalité de sa dette gazière auprès du géant russe Gazprom et a menacé de couper le transit de gaz vers l'Union européenne si Moscou ne règle pas les sommes auxquelles Minsk prétend d'ici à jeudi 07H00 GMT.

Les deux pays se réclament mutuellement autour de 200 millions de dollars, la Russie pour le gaz consommé, le Bélarus pour le transit.

Le commissaire européen a appelé au respect des contrats par les deux pays. "Leurs problèmes ne doivent devenir nos problèmes" a-t-il dit, exprimant l'espoir que le différend financier puisse "être réglé dans les prochains jours".

"Le Bélarus et la Russie ont besoin de bonnes relations sur le plan économique et politique avec l'Europe", a-t-il averti.

En attendant, les stocks gaziers de l'Europe sont au complet et l'Ukraine serait prête si besoin à livrer davantage de gaz russe via ses gazoducs à la Pologne et à la Bulgarie, a précisé M. Oettinger.

L'UE et l'Ukraine ont convenu de maintenir des contacts étroits dans les prochains jours "pour éviter des problèmes plus sérieux pour notre industrie, notre économie et la population européenne", a-t-il ajouté.

S'exprimant à son côté à l'issue d'une rencontre à Bruxelles, Youri Boyko, le ministre ukrainien de l'Energie, a promis de faire de son mieux "pour aider les pays européens à éviter tout problème dans le secteur énergétique" et de "les aider si nécessaire."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés