analyse

Emmanuel Macron a-t-il changé le regard de l'international sur la France?

L'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir a-t-elle permis de redorer le blason de la France sur la scène internationale? ©AFP

A l'aube de l'achèvement de la première année de mandat du Président français, l'"effet Macron" est-il parvenu à s'inscrire dans la durée et à redonner une place essentielle à la France au sein de la communauté internationale?

De nombreux observateurs font le constat, depuis l'élection d'Emmanuel Macron à la tête de l’État, d'un renouvellement de l'image de la France à l'international. Le "France is back", clamé en janvier 2018 par le Président lors du forum économique mondial à Davos, tient-il ses promesses après un an d'exercice du pouvoir?

Un nouveau souffle pour le leadership français?

Depuis son élection le 7 mai 2017, Emmanuel Macron enchaîne les déplacements à l'étranger et multiplie les initiatives personnelles, en se positionnant sur des dossiers internationaux comme la crise libyenne, le nucléaire iranien ou encore en participant avec Donald Trump et Theresa May aux frappes aériennes en Syrie. La France bénéficie d'une nouvelle image sur la scène internationale, celle d'une France "créative" et "battante."

"Il nous faut réapprendre la complexité du dialogue, mais aussi sa fécondité", avait déclaré le chef d’État français en septembre dernier à l'ONU.

"Très clairement, on peut dire que la France a retrouvé un leadership international (...) Il y a une sorte de demande de Macron dans le monde", avait commenté Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre de droite.

"C'est le seul responsable européen à pouvoir parler substantiellement à la fois à Trump, Poutine, Sissi et Erdogan"
François Heisbourg
Président de l'International institute for Strategic Studies

Un "effet Macron" qui a redonné de la stature à la fonction présidentielle selon Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'OpinionWay. Accueil de Vladimir Poutine à Paris, l'expression "make our planet great again" en réponse à Donald Trump... "ce genre de choses a installé très vite sa stature présidentielle, un atout qu'il conservera quoiqu'il arrive tout au long du quinquennat."

"C'est ça, ma ligne. Dire les choses avec beaucoup de fermeté à tous mes partenaires", avait souligné le chef d’État après avoir abordé avec Vladimir Poutine les dossiers particulièrement brûlants de la Syrie, de l'Ukraine et de la Tchétchénie.

Pour les observateurs Boris Toucas et Célia Belin du Center for Strategic and International Studies à Washington, l'un des atouts du Président à l'international est sa volonté réformatrice. "L'étoile de la France pâlissait, son modèle paraissait irréformable."

"Il a attiré comme un aimant les médias internationaux en quête d'une nouvelle icône." Si l'engouement pour Emmanuel Macron a été important, il a néanmoins été "survendu" selon les deux chercheurs qui pensent à ceux qui allaient jusqu'à parler "d'un miracle Macron."

Une courte majorité des sondés estime que la politique économique d'Emmanuel Macron a des conséquences positives sur l'image de la France à l'étranger. ©Statista


Si la politique économique d'Emmanuel Macron est considérée par 72% des sondés comme socialement injuste, 55% des personnes interrogées estiment qu'elle réhausse l'image de la France dans le monde, d'après un sondage Odoxa publié ce jeudi.

Forte présence diplomatique...mais pour quels effets?

Emmanuel Macron l'a souvent répété au cours de ce début de quinquennat: "La France parle à tout le monde." Le Président de la République a en effet multiplié les rencontres avec les dirigeants étrangers en vue de replacer la diplomatie française au cœur des relations internationales.

"C'est le seul responsable européen à pouvoir parler substantiellement à la fois à Trump, Poutine, Sissi et Erdogan", estime François Heisbourg, le président de l'International Institute for Strategic Studies, basé à Londres. Seulement, selon lui, "un an, c'est beaucoup trop tôt pour juger en politique étrangère."

Cependant, cette stratégie de dialogue diplomatique permettra-t-elle des avancées? Sa complicité affichée avec Donald Trump lors d'une récente visite d’État sera-t-elle suffisante pour empêcher le détricotage de l'accord sur le nucléaire iranien que le président américain a promis de "déchirer"?

Le Washington Post s'est montré particulièrement peu confiant dans la capacité du Président français à infléchir le positionnement de Donald Trump. "Pour l'heure, il lui a surtout instillé le goût des défilés militaires", a ironisé le quotidien, en référence à l'invitation faite à Washington de venir assister au défilé du 14 juillet, l'an dernier. Le journal américain ne croit pas en une quelconque influence d'Emmanuel Macron sur le Président américain que ce soit sur l'accord de Paris sur le climat ou l'exemption définitive des droits de douane sur l'acier et l'aluminium.

D'autres louent volontiers le désir de parler à tous mais s'interrogent sur les résultats concrets de ces rapprochements. "Vouloir parler à tout le monde, c'est très bien mais pour faire quoi?", se demande Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient. L'experte note en effet le "grand écart" permanent de la France entre l'Arabie Saoudite et l'Iran, les deux grands rivaux de la région.

Sur le dossier syrien, le bilan est aussi en demi-teinte. La présence de l'Etat islamique en Syrie a été réduite à peau de chagrin par la coalition militaire à laquelle participe la France. Seulement, le régime de Bachar el-Assad s'est pour sa part renforcé et les tentatives de négociations politiques menées par Emmanuel Macron semblent être au point mort.

Pour un ancien haut responsable de l'ONU, "Macron essaie d'agir en catalyseur, pour tenter de relancer le dialogue entre la Russie et les États-Unis, il ne doit pas relâcher ses efforts. Sont-ce juste des paroles? C'est encore trop tôt pour le dire."

L'effet Macron relatif en Europe

Fer de lance du Président français, la refondation de l'Europe en est encore à ses balbutiements. Son élection en mai 2017 avait suscité l'enthousiasme des défenseurs de l'Union Européenne face au spectre du Frexit-qui n'est maintenant plus une priorité pour elle-arboré par Marine Le Pen, la présidente du Front National, arrivée au second tour des présidentielles.

"Les signaux ne sont pas très encourageants (...) Les Allemands redoutent de payer la facture"
John Springford
Analyste au Center for European Reform

Perçu par certains comme le "nouveau leader de l'Europe", Emmanuel Macron entend transformer l'Europe en privilégiant un axe fort avec Berlin. Seulement, il apparaît que le chef d’État se heurte à un certain immobilisme allemand teinté d'indifférence sinon d'hostilité chez d'autres. En outre, la feuille de route franco-allemande attendue pour fin juin apparaît plus restreinte que ce que souhaitait le Président français.

"Les signaux ne sont pas très encourageants (...) Les Allemands redoutent de payer la facture", considère de son côté John Springford du Center for European Reform à Londres. Si Emmanuel Macron est visible, il n'en demeure pas moins qu'il ne pourra pas réformer l'Europe sans la chancelière allemande Angela Merkel.

> lire aussi l'article: "Macron plaide pour une solidarité en zone euro, Merkel reste sceptique" sur les désaccords entre Berlin et Paris sur la refondation de l'Europe.

Si les efforts du chef d'Etat pour voir des listes transnationales aux élections européennes ont échoué, il a néanmoins obtenu un durcissement des règles concernant le travail détaché, mesure qui semblait impossible à mettre en place il y a un an.

 Il semble par ailleurs que la grande Marche pour l'Europe lancée depuis peu-qui consiste à lancer des consultations citoyennes sur l'avenir de l'Europe-ne soulève pas un grand enthousiasme, selon des observateurs."Son talon d'Achille, c'est l'Europe", résume François Heisbourg.

Le Président Macron entend cependant convaincre et réussir à faire bouger les lignes d'ici les prochaines élections européennes qui auront lieu en 2019. Un enjeu majeur puisque le projet du fondateur d'En Marche! se trouve en effet confronté à la montée de l'euroscepticisme en Europe. Reste donc à savoir si Emmanuel Macron aura le moyen de ses ambitions pour refonder l'Europe à laquelle il aspire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content