Emmanuel Macron confirme des restrictions à l'échelle nationale

Emmanuel Macron annonce les nouvelles mesures sanitaires. ©AFP

Fermeture des écoles pendant trois semaines et extension des limitations de déplacement à l'ensemble du territoire national sont les principales annonces du chef de l'État français.

"Deux semaines après les mesures décidées pour l'Île-de-France notamment, notre stratégie (de territorialisation) a eu des effets, mais trop limités. Nous sommes en train de subir une accélération de l'épidémie à cause du variant qui risque de nous faire perdre le contrôle." Alors que la situation sanitaire se dégrade en France – avec près de 9 lits sur 10 occupés dans les services de réanimation –, le président français a annoncé une nouvelle série de mesures.

"Je pense franchement que ce n'est pas à la hauteur. On a déjà pris beaucoup de retard."
Philippe Juvin
chef du service des urgences de l'hôpital Pompidou

Outre la fermeture des crèches, collèges et lycées pendant trois semaines (dont deux seront néanmoins pendant les vacances scolaires), Emmanuel Macron a indiqué que les restrictions déjà en cours dans 19 départements (déplacements limités à 10 km autour de chez soi et couvre-feu à 19h) seraient étendues à l'ensemble de l'hexagone dès samedi soir pour 4 semaines.

Absence de rupture

Avec de telles mesures, a contrario d'un confinement dur, Emmanuel Macron, continue finalement à faire de la continuité pédagogique une priorité assumée tout en veillant à la prise en compte de la "fatigue pandémique" de la société. Est-ce que cela suffira pour autant à casser l'épidémie? Et limiter les risques liés aux reports de soins dans son ensemble? Cela pourrait apparaître comme un nouveau "pari" ou du moins arbitrage risqué de la part du chef de l'État. À chaud, certains médecins et directeurs d'hôpitaux – qui alertent sur le risque d'un tri des patients dans les semaines à venir – restent très sceptiques. "Je pense franchement que ce n'est pas à la hauteur. On a déjà pris beaucoup de retard", estimait sur les ondes de BFM le professeur Philippe Juvin, chef du service des urgences de l'hôpital Pompidou. Il se montre également comme d'autres quant à la faisabilité annoncée par le président d'accroître le nombre de lits de réanimation à l'hôpital.

"Il faut en finir avec le roi thaumaturge."
Olivier Faure à propos d'Emmanuel Macron
Premier secrétaire du Parti socialiste

Absence de Mea Culpa

Côté politique, l'opposition est déjà en embuscade. D'autant que la campagne en vue des présidentielles d'avril-mai est déjà amorcée. De la vaccination poussive – faute de doses en quantité suffisante, seuls 3 millions de Français sont vaccinés – aux arbitrages jugés peu perspicaces du président, les motifs de griefs à l'égard du gouvernement ne manquent pas. Sans compter que la verticalité du pouvoir et l'attitude butée d'Emmanuel Macron assumant ses décisions de ne pas avoir remis le pays sous cloche n'ont fait qu'accroître les pressions sur sa personne. Tant de la part du corps médical qui s'est senti désavoué que de celle de l'opposition. "Il faut en finir avec le roi thaumaturge" que pense être Emmanuel Macron face au Covid-19, s'est par exemple agacé mardi le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure. Avant de pointer avec ironie les propos du ministre de l'Éducation qui défendait l'expertise que s'était forgé Emmanuel Macron au fil de la crise sanitaire: "Ses courtisans expliquent qu'il est devenu épidémiologiste, rien que ça!"

Des réouvertures dès la mi-mai

Au-delà de ces querelles politiciennes, l'enlisement de la crise va sans conteste peser plus encore sur la situation économique déjà fortement dégradée. L'Insee prévoit déjà une année désastreuse sur le front social avec en janvier des prévisions estimant à 691.000 les destructions d'emplois. Même si, Emmanuel Macron a cherché à donner des perspectives, en laissant miroiter de prochaines ouvertures à partir de la mi-mai jusqu'en juin des lieux culturels et des bars-restaurants à mesure que la vaccination accélèrera. Reste que, pour l'heure, le calendrier est plutôt fixé par l'épidémie. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés