Publicité

En pratique, ce qu'il faudra éviter...

Perturbations attendues sur les différents réseaux de transports belges.

La manifestation européenne prévue ce mercredi 29 septembre risque de causer pas mal de soucis aux Bruxellois, qu'ils soient automobilistes ou utilisateurs de transport en commun. Globalement, c'est la petite ceinture qui accueillera le parcours du cortège et sera dès lors inaccessible à la circulation locale.

Le cortège

Le cortège partira vers 13 heures de la gare du Midi et parcourera la petite ceinture bruxelloise pour finir au Rond-Point Schuman et au Parc du Cinquentenaire vers 15 heures. Auparavant, de 11 à 12 heures, un rassemblement des manifestants sera organisé sur l'Esplanade de l'Europe.

De 15 à 16 heures, la manifestation se terminera sur un meeting syndical.

Circulation en voiture

Des perturbations importantes de la circulation sont attendues entre 12h et 17h30 sur ce trajet et la police demande donc avec insistance d'éviter ce secteur en voiture.

La petite ceinture sera fermée en surface entre la Porte d'Anvers et la Rue Belliard, et les tunnels, y compris le Léopold II, seront fermés dans les deux sens.

Le Tunnel de la rue Belliard direction Namur ne sera plus accessible dès 10 heures.

Même chose pour le Tunnel de la Place Stéphanie à 13 heures.

Le Tunnel Reyers en direction du Centre pourra également être fermé à la circulation durant la manifestation. La police demande donc d'éviter ces artères-là.

Ce matin, le centre Perex a indiqué que la situation était normale à Bruxelles. "Rien à signaler à l'exception des embarras traditionnels", indique-t-on.

Les transports en commun

  • Côté STIB

La société bruxelloise de transport en commun (STIB) enregistrait quelques retards sur les lignes de métro mercredi matin à cause du mouvement de grève initié à l'occasion de la journée d'action européenne des syndicats contre les mesures d'austérité. "Les métros circulent tous, mais il y a environ quatre minutes de retard sur la ligne 6 et deux minutes sur les lignes 1 et 5", précise la porte-parole de la STIB, An Van Hamme. La STIB va affecter certaines rames à d'autres lignes afin de réduire le retard sur la ligne 6. "La fréquence des métros devrait baisser à partir de 11h30, avant d'entamer un retour à la normale vers 17-18h", explique la porte-parole.

"Onze des dix-sept lignes de tram et 18 des 50 lignes de bus circulent normalement." La STIB conseille aux voyageurs de se renseigner via son site internet ou le numéro 070/23.20.00.

  • Côté TEC

De grosses perturbations ont été constatées dans de nombreux dépôts des TEC en Wallonie à la suite du mouvement de grève initié à l'occasion de la journée européenne de mobilisation contre l'austérité, indique mercredi le porte-parole de la société de transport en commun wallonne, Stéphane Thiery. La situation va encore se dégrader durant l'après-midi, annonce-t-il.

Dans le Brabant wallon, 100% des bus circulent et aucun problème n'est prévu pour le reste de la journée.

Du côté des TEC Liège/Verviers, aucun bus n'est sorti des dépôts de Rocourt (4 lignes) et Oreye (5 lignes). Les bus du dépôt de Bassenge (2 lignes) ont du retard. Seuls 50% des bus sont sortis du dépôt de Jemeppe et 30% de ceux de Robermont et de Verviers. Aucun bus du dépôt de Jemeppe ne circulera mercredi après-midi. La situation est par contre normale aux dépôts d'Eupen et de Warzée.

Dans le Hainaut, 50% des bus circulent à Eugies, 80% à La Louvière et 80% également à Mons-Bassin.

Du côté des TEC Namur/Luxembourg, 50% des bus circulent.

A l'exception du Brabant wallon, la situation va considérablement se dégrader pour l'ensemble des TEC mercredi après-midi. "La règle était de faire en sorte que toutes les lignes circulent, sans garantie d'horaire et de fréquence. Pour cet après-midi par contre, nous conseillons aux voyageurs de trouver un autre moyen de rentrer chez eux", précise M. Thiery.

  • Côté DE LIJN

Beaucoup de perturbations prévues également du côté flamand. Les lignes les plus touchées se trouvent à Gand, Brugge, Mechelen et au Limbourg et dans le Brabant flamand, a récemment annoncé DE LIJN.

Dans la ville d'Anvers, 60 % des bus et trams circulent. A Mechelen, c'est à peine un bus sur quatre qui roule, alors qu'à Turnhout ils sont deux sur trois. Quant aux lignes régionales en province, elles sont assurées par les deux tiers de l'effectif.

Dans la Province du Limbourg, un bus sur deux circule.

La Flandre orientale, elle, est plus touchée, surtout à Gand, où ne circulent que le tram 1 (fréquence: un sur trois) et les bus 3 et 5 (fréquence: un sur deux). Dans le reste de la province, deux bus sur trois roulent.

En Flandre occidentale, c'est la ville de Brugge qui souffre le plus des perturbations, avec un quart seulement des bus en circulation. Ailleurs dans la province, six bus sur dix roulent. Le tram sur la côte roule mais avec un service limité à deux trams sur trois.

Dans le Brabant flamand, c'est Dilbeek qui est particulièrement touché, avec un bus sur trois opérationnel. A Grimbergen et Leuven, on compte deux bus sur trois.

Plus d'information sur le site internet de la société.

  • Côté SNCB

Le trafic ferroviaire est pour l'instant normal, indiquent la SNCB et Infrabel. Il n'y a pas de perturbation ni d'encombrement particulier, précisent-ils.

Dans les aéroports

La participation des agents Securitas à l'Euromanifestation de Bruxelles ne devrait pas gêner davantage le trafic aérien à l'aéroport de Charleroi (BSCA) déjà perturbé depuis mardi après-midi par le mouvement de grève des travailleurs de Belgocontrol, a affirmé mercredi la porte-parole de l'aéroport.

Initialement, une vingtaine d'agents Securitas localisés à Liège et à Bruxelles avaient été prévus en cas de mobilisation massive. Vu les perturbations liées à la grève des contrôleurs, le nombre de vols est limité mercredi à l'aéroport de Charleroi. Les renforts extérieurs ne sont donc plus nécessaires, a affirmé la porte-parole de BSCA.

En conflit avec leur direction, les agents Securitas avaient décidé voici une dizaine de jours de ne pas prendre les précautions habituelles en cas de mobilisation. Des perturbations étaient donc attendues au niveau des lignes de sécurité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés