Publicité
Publicité

En Sardaigne, prendre du sable comme souvenir peut vous coûter 3.000 euros

©REUTERS

Un touriste britannique a voulu ramener chez lui une bouteille remplie de sable de Sardaigne. Un souvenir qui lui a coûté cher.

La Sardaigne, ses montagnes, son soleil, ses centenaires et… ses plages. Un patrimoine jalousement gardé. C’est en tout cas ce qu’en aura retenu ce quadragénaire, né à Naples mais résident en Angleterre, selon nos collègues du Guardian. Ému par la beauté des plages de Ballura, dans le nord de l’île, il a enfilé quelques grains de sable dans une bouteille pour les ramener chez lui, en souvenir. Bien mal lui en a pris: la police l’a interpellé et lui a collé une amende de 1.000 euros pour vol de bien national.

Impossible de feindre l’étonnement: les touristes en Sardaigne sont prévenus. Les panneaux pullulent sur les plages interdisant le vol de sable, un phénomène auquel fait face l’île depuis des années. L’été dernier, au total, plus d’une tonne de sable a été trouvée dans les valises des touristes.

Publicité

Début août, l’ambassade d’Allemagne à Rome s’est fendue d’un communiqué sur sa page Facebook: "Ce qui peut apparaître comme une régulation insignifiante est une chose sérieuse en Sardaigne, est-il écrit. Il s’agit là d’un dommage important et est dès lors puni par la loi. Les amendes parlent d’elles-mêmes: 500-3.000 euros. S’il vous plaît, laissez le sable là où il est." "Ensemble contre les ‘voleurs de sable’!", ont réagi les autorités sur le mur Facebook de l’ambassade. Touristes, vous êtes avertis!

©Document Facebook

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.